Journal des penchants du roseau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

juillet 2015

vendredi 31 juillet 2015

J’ai été hier dans l’atelier d’un potier

La fleur qui pousse au bord d’un ruisseau

Avant toi et moi, il y avait des nuits et des jours

Où fleurit un coquelicot écarlate

Ô potier, efforce-toi, si tu es intelligent

Hier, au bazar, j’ai vu un potier

Ce vase était comme moi un amant malheureux

La saison des roses

Que l’échanson soit un adolescent aux lèvres de rubis

Comme l’eau de la rivière

On nous promet un paradis et des houris aux yeux de jais

À la pointe de l’aube

jeudi 30 juillet 2015

La lune a déchiré la robe de la nuit

Jusqu’à quand prendrai-je souci de ma fortune ?

Depuis que j’ai discerné mes pieds de mes mains

Cesse de penser à toi-même

Bois du vin, car tu dormiras longtemps sous la terre

Ô Khayyam, si tu es ivre de vin

Assieds-toi et prends du vin

Aujourd’hui tu n’as pas accès à demain

Ne poursuis pas le bonheur

Ce palais dont Bahram avait fait sa demeure

Ce vieux caravansérail qu’on appelle le monde

Sur le tapis de la terre, je vois des gens endormis

mercredi 29 juillet 2015

Le monde qui ajoute chagrin à chagrin

Celui qui a créé la terre et le cycle des cieux

Dans cette parade de foire, un ami ne le cherche pas

Comme le sort de l’homme dans ce caravansérail à deux portes

Ô monde, tu accumules les ruines

Comme la Roue ne tourne pas selon les désirs du sage

De la Terre à Saturne

Nous avons erré longtemps par les villes et les déserts

Ô mon cœur, suppose que tu as tous les biens de la terre

Ignorant, ce corps matériel n’est rien

Ceux qui étaient les pôles de la science

Suppose le monde ordonné à ton gré

mardi 28 juillet 2015

De tous les voyageurs engagés sur cette longue route

As-tu vu le monde ?

Ma loi est le vin et la belle humeur

mardi 21 juillet 2015

Dimanche 2 août, « Du manuscrit au livre édité et publié » (suite) à Saint-Aubin-du-Cormier

mardi 7 juillet 2015

« Du manuscrit au livre édité et publié » ce 5 juillet

dimanche 5 juillet 2015

« la poésie que j'aime avec délices, car il faut bien passé le temps. »