Journal des penchants du roseau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pécadilles

Fil des billets

vendredi 24 octobre 2014

« Nous devons accepter et comprendre leurs valeurs »

...affirme Carolyn Chard, directrice de l'Opéra de Perth pour expliquer la déprogrammation de l'opéra Carmen de Bizet à Perth - Australie, et complaire à son nouveau sponsor Healthway, organisme luttant contre la consommation d'alcool, de tabac et les jeux d'argent. Vaillance ordinaire des serviles aux nerfs et à leurs guerres. (cf. Carmen stubbed out to protect opera fans from shows of smoking et Bizet nuit gravement à la santé des Australiens).

Occasion de lire et regarder, à défaut d'en griller une petite...

Edna Purviance joue Carmen dans « Charlot joue Carmen »

« En arrivant auprès de moi, ma baigneuse laissa glisser sur les épaules la mantille qui lui couvrait la tête, et, à l’obscure clarté qui tombe des étoiles, je vis qu’elle était petite, jeune, bien faite, et qu’elle avait de très grands yeux. Je jetai mon cigare aussitôt. Elle comprit cette attention d’une politesse toute française, et se hâta de me dire qu’elle aimait beaucoup l’odeur du tabac, et que même elle fumait, quand elle trouvait des papelitos bien doux. Par bonheur, j’en avais de tels dans mon étui, et je m’empressai de lui en offrir. Elle daigna en prendre un, et l’alluma à un bout de corde enflammé qu’un enfant nous apporta moyennant un sou. Mêlant nos fumées, nous causâmes si longtemps, la belle baigneuse et moi, que nous nous trouvâmes presque seuls sur le quai. »

Prosper Mérimée, Carmen, 1845.


La cloche de la manufacture se fait entendre.
Don José, Soldats, Jeunes Gens et Cigarières

José [parlé]
Voici la cloche qui sonne, mon lieutenant, et vous allez pouvoir juger par vous-même... Quant à moi je vais faire une chaîne pour attacher mon épinglette.

La place se remplit de jeunes gens qui viennent se placer sur le passage des cigarières. Les soldats sortent du poste. Don José s'assied sur une chaise, et reste là fort indifférent à toutes ces allées et venues, travaillant à son épinglette.
[La cloche cesse.]

Jeunes gens (T)
La cloche a sonné. Nous, des ouvrières,
nous venons ici guetter le retour;
et nous vous suivrons, brunes cigarières,
en vous murmurant des propos d'amour,
en vous murmurant des propos d'amour !
des propos d'amour, des propos d'amour !

A ce moment paraissent les cigarières, la cigarette aux lèvres. Elles passent sous le pont et descendent lentement en scène.

Les soldats (B)
Voyez-les! regards impudents,
mine coquette!
Fumant toutes, du bout des dents,
la cigarette.

Les cigarières (SA)
Dans l'air, nous suivons des yeux
la fumée, la fumée,
qui vers les cieux
monte, monte parfumée.
Cela monte gentiment
à la tête, à la tête,
tout doucement cela vous met
l'âme en fête !

1rs dessus (S)
Le doux parler, le doux parler des amants,
2ds dessus (A)
C'est fumée !
1rs dessus (S)
leurs transports, leurs transports et leur serments,
2ds dessus (A)
C'est fumée!
1rs dessus (S)
le doux parler des amants,
2ds dessus (A)
C'est fumée!
1rs dessus (S)
leurs transports et leur serments,
2ds dessus (A)
C'est fumée!
Choeur (SA)
oui, c'est fumée, c'est fumée !
/ 2ds dessus (A)
| Dans l'air, nous suivons des yeux,
| dans l'air, nous suivons des yeux
| la fumée ! La fumée, ah !
| 1rs dessus (S)
| Dans l'air, nous suivons des yeux,
| des yeux la fumée! La fumée !
\ Dans l'air
Choeur (SSAAA)
nous suivons la fumée
qui monte en tournant,
en tournant vers les cieux !
La fumée! La fumée!

Les jeunes gens (T) aux cigarières
Sans faire les cruelles,
écoutez-nous les belles,
ô vous que nous adorons,
que nous idolâtrons!
Sans faire les cruelles,
écoutez-nous les belles,
vous que nous adorons,
écoutez-nous les belles,
ô vous que nous idolâtrons!

Les cigarières (SA) reprennent en riant
Le doux parler des amants
et leurs transports et leur serments,
1rs dessus (S)
c'est fumée,
2ds dessus (A)
c'est fumée!
1rs dessus (S)
c'est fumée,
/ Les jeunes gens (TTT)
| O vous que nous aimons, écoutez-nous les belles!
| Écoutez! Écoutez! Écoutez-nous!
| Écoutez-nous les belles!
| Les cigarières (SSAAA)
| dans l'air nous suivons la fumée
| qui monte en tournant,
| en tournant vers les cieux !
\ La fumée ! La fumée !

Carmen, acte I, scène 4, de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d'après Prosper Mérimée, musique de Georges Bizet, 1875.

(image : Edna Purviance dans le rôle de Carmen, Burlesque on Carmen, film de Charlie Chaplin, 1905 - le visionner ci-dessous)

lundi 26 mai 2014

Maizon

À bientôt !

dimanche 25 août 2013

Corne de bouc ! Et la rentrée littéraire, nous l'avions oubliée

Les anciens :

Les modernes :

Les rentrées précédentes :

(source des images : Mail online et China mobide)

mardi 9 avril 2013

La censure, une contrainte délicieusement volontaire

Lors de notre débat sur le « livre » numérique de vendredi dernier, j’ai appris cette nouvelle :

« Exclusif – BD numériques : Izneo censuré par Apple

Izneo, la plateforme proposant des bandes dessinées numériques regroupant des éditeurs tels que Dupuis, Dargaud, Le Lombard etc. a dû, dans l’urgence retirer une partie de son catalogue de BD numériques de son application iPad. La demande venait bien entendu d’Apple et le motif invoqué était la distribution de contenus pornographiques. Une source qui a souhaité conserver l’anonymat, nous a contacté pour nous relater les faits.

A la veille du long week-end de Pâques, vers 20h, l’un des responsables d’Izneo a été appelé par une personne travaillant pour l’Apple Store aux Etats-Unis. Ordre a été donné de nettoyer les différents ebooks présents dans l’application car ils étaient jugés pornographiques pour les américains. On parle ici de BD numériques pour adultes vous l’aurez compris. Apple a lancé un ultimatum. L’équipe d’Izneo a eu 30 heures pour retirer les BD sous peine de suppression totale de l’application de l’Appstore.

Cachez ce sein !

Une cellule de crise a été rapidement montée chez Izneo pour échapper à la sanction : « Apple ne nous a donné aucune consigne sur ce qu’ils jugent comme pornographique ou pas. Nous leur avons proposé de nous caler sur l’iBookstore pour retirer les titres car nos BD sont aussi vendues dans la librairie en dehors de notre application, nous avons essuyé un refus. Notre interlocuteur nous a rétorqué qu’iBooks (Ndlr : la librairie de livres numériques d’Apple) et l’Appstore étaient deux choses différentes. Ils ne nous ont donné aucune clef d’appréciation pour faire le tri ! » nous a confié notre source.

Résultat, pour ne pas risquer d’être banni de l’Appstore, Izneo a fait un grand ménage, la moindre BD dévoilant un sein, un décolleté provoquant, une courbe ou évoquant un geste suggestif a été retirée manu militari.

(…) » (voir la source complète sur Idboox)

C’est amusant cet appel à Molière et à son tartuffe. Parce que franchement qui sont les tartuffes ? Les éditeurs « Dupuis, Dargaud, Le Lombard etc. », Idboox, Izneo ou leur maître en numérique Apple ? Crier à la censure tout en se précipitant pour l’accomplir avec zèle qu’est-ce ? Il est vrai qu’il y a beaucoup de pognon en jeu, alors au prix où sont les gommes... Et ce petit fumet de scandale résonnant de gauloiserie facile « ah ! Ces ricains, des puritains » n’est pas mauvais pour les affaires. Un grand classique.

Ceci dit, une question : qu’en est-il de cette extension infinie de nos libertés dans et par le numérique lorsque nous savons que les machines, la conception des puces, celle de l’encodage des données et même les tuyaux et les turbines pour les faire s’agiter sont concentrés entre si peu de mains - quelques firmes transnationales : une pomme jetée par une fenêtre à Longhua ?

En attendant, les affaires continuent.

PS : ce billet s'autodétruira dès qu'ils le voudront. Nul scandale, un fait.

(image Saint Barthélemy tenant le couteau de son martyre et sa peau écorchée, Michel-Ange)

mardi 8 janvier 2013

Vogue : de toute urgence, tout simplement

Humeur

Après le c'est valable des années soixante, le dément, génial des suivantes, puis en passant par la galère, l'émergence, nous sommes arrivés à l'urgence, tout simplement.

Alors donc il serait urgent de lire un texte, un livre, un poème, une strophe et cela en toute simplicité ! Foutaises de perroquets bavards. Pensez, j'ai mis cinquante-six ans à découvrir Tristram Shandy de Laurence Sterne (je vous dis ça parce qu'il me démange dans ce contexte), et je n'ai pas encore été foutu de finir Ulysse de Joyce ni en français, ni en anglais (je vous dis ça parce que cette version « originale » je l'ai achetée il y a une trentaine d'année et elle me nargue... « tout simplement »). Et ce qui est vrai pour moi, l'est sans doute pour vous. Alors fichtre ! (je dis ça en rigolant).

Christian, apprenti urgentiste, tout simplement.

PS : tiens, prenez le temps de découvrir tranquillement ces quelques livres et donnez-en nous quelques nouvelles.

dimanche 7 octobre 2012

Est-ce de croquer Greta qui me mit dans cet état

Aller à Liffré, fameux voyage dépassant les douze kilomètres de mon rayon d'action et de ma pètitude, réserve de drôles de surprises. Outre celle d'être encadré par deux charmantes dames et néanmoins auteurs prolixes et de talent, Nicole et Fernande, qui ont plusieurs dizaines de références à leur catalogue, j'eus la surprise de voir Greta habillée d'aluminium et étroitement ficelée pour que je puisse la croquer le soir venu avec J. et L.

L'exercice ne fut pas difficile tant elle était délicieuse. J'aurais pourtant dû m'en méfier, car ce matin un virus qui virevoltait dans notre chère Gallésie, profita de mon abandon pour me biser. Du coup ma tête ressemble à une pastèque !

Merci Mariana ! ;-)

lundi 10 septembre 2012

Rien

Gallimard absorbe Flammarion (article du Monde avec cette merveilleuse conclusion d'Alain Beuve-Méry : « D'une structure familiale, la maison Gallimard va devoir évoluer vers un groupe d'édition plus moderne. » (sic))

PS : Gallimard c'est aussi : Denoël, Mercure de France, Éditions de la Table ronde, P.O.L., Gallimard Jeunesse, Gallimard Loisirs, Futuropolis, Éditions des Grandes Personnes, Éditions Alternatives, Verticales, etc. ; et maintenant : Flammarion, Casterman, J'ai lu, Arthaud, Librio, Fluide glacial, etc.

mercredi 25 juillet 2012

狗屎 !

Une attaque de robots, pubesque et spameuse, en provenance de Sānménxiá - Chine, inonde ce journal de commentaires (environ 300 visibles ou non). Je vais nettoyer tout ça et fermer les commentaires pour tous les billets les plus anciens.

Ah ! les joies de la modernité branchée !

lundi 23 juillet 2012

Ah ! La rentrée littéraire ! - tout ce que vous avez voulu savoir sans oser le

Vieille neige

(cf. Boucicaut)

lundi 7 mai 2012

Sifflets

Sifflet en roseau

Ce Monde-ci n'est qu'une œuvre comique
Où chacun fait des rôles différens :
Là, sur la Scène, en habit dramatique,
Brillent Prélats, Ministres, Conquérans.
Par nous vil Peuple assis aux derniers rangs,
Troupe futile & des Grands rebutée,
Par nous d'embas la Pièce est écoutée ;
Mais nous payons, utiles Spectateurs,
Et quand la Farce est mal représentée,
Pour notre argent nous sifflons les Acteurs.

Jean-Baptiste Rousseau, Épigramme, in Œuvres nouvelle édition, Bruxelles, 1743.

- page 1 de 4