Les auteurs que nous publions

Ce que nous pouvons proposer aux auteurs et comment garantir leurs droits.

Quelques idées fortes :

Ne pas léser l’auteur malgré le faible tirage des publications des penchants du roseau.

Constituer un fonds de publications et non une écurie d’auteurs.

Que la cession des droits que l’auteur ferait aux penchants du roseau soit limitée dans le temps – avec, par exemple, tacite reconduction – , mais surtout non exclusive. C’est à dire qu’à tout moment l’auteur soit libre de faire éditer son œuvre dans une autre maison ou la publier par quelque moyen qu’il juge bon (en ligne, par exemple).

Qu’en contrepartie, l’éventuel nouvel éditeur concède aux penchants du roseau la possibilité de garder l'œuvre de l’auteur dans son catalogue.

Que la publication par les penchants du roseau, pour de nouveaux auteurs, soit plus une introduction qu’une fermeture.

Que le contrat, au lieu de contenir ce qui est d’usage (exemple du modèle de la Société des gens de lettre) : « L’auteur cède à titre exclusif à l’éditeur et ses ayants droit le droit d’imprimer, de reproduire, de publier et vendre dans une édition courante l’ouvrage de sa composition qui a pour titre XXX et ce dans les limites définies à l’article I.», se présente comme ceci : «  L’auteur cède sans exclusivité à l’éditeur et ses ayants droit le droit d’imprimer, de reproduire, de publier et vendre dans une édition courante l’ouvrage de sa composition qui a pour titre XXX et ce dans les limites définies à l’article I »
Que l’article I qui, bien souvent, définit la durée de cession à celle des droits patrimoniaux de l’auteur (à vie, plus 70 ans) et leur étendue dans l’espace (le monde) et des droits dérivés d’adaptation (tous) soit au contraire d’une durée limitée (3 ans ?), dans un espace restreint et qu’il n’y ait aucune cession de droits dérivés autres que ceux mettant en valeur le livre lui-même (une publication d’extraits ou de la totalité, en ligne, par exemple).

Bref, que l’auteur soit libre de disposer de son œuvre comme il l’entend, de ses éventuelles traductions et adaptations.

Lire l'épure du contrat proposé par les penchants du roseau.

Concernant les manuscrits,voici deux extraits du bulletin 31 ter des penchants du roseau :

En attendant Le Souvenir de personne de Cécile Fargue

Chers auteurs,

« Les penchants du roseau », librairie artisanale, propose un très petit choix de livres fabriqués à l'unité dans son atelier sis au bord de l'étang de Saint-Aubin-du-Cormier en Ille-et-Vilaine.

Nous ne sommes pas actuellement en quête de manuscrits, nos prochaines publications sont déjà projetées jusqu’à la mi-2011 et nous ne savons porter l'œil au-delà. Cependant si un manuscrit vous brûle les doigts, vous pouvez nous l’envoyer, exclusivement au format électronique, pour avis. Nous hâtant lentement, celui-ci peut vous être retourné plusieurs mois après réception du texte.

En outre, pour des publications spécifiques, petits livrets, enrichissement d’un livre, nous ferons certainement appel à vous, à vos textes, à des conditions clairement définies. Soyez-y, si cela vous sied, attentif.

Chers éditeurs,

« Les penchants du roseau », librairie artisanale, propose un très petit choix de livres fabriqués à l'unité dans son atelier sis au bord de l'étang de Saint-Aubin-du-Cormier en Ille-et-Vilaine.

Malgré sa taille modeste, nous recevons de nombreux manuscrits auxquels nous ne pouvons donner suite. Il serait encourageant pour les auteurs que nous puissions leur proposer un choix d’éditeurs à qui s’adresser. Pourriez-vous nous préciser le type de manuscrits dont vous souhaiteriez prendre connaissance et les modalités pratiques de leur envoi.

Notre contrat d’édition ne comporte aucune clause d’exclusivité, juste celle précisant la cession contre rémunération du droit de publier. Ainsi, n’hésitez pas à consulter notre catalogue et si une œuvre vous intéresse de contacter directement son auteur ou de passer par nous pour suite.

Christian Domec, apprenti libraire.