Le Souvenir de personne de Cécile Fargue

Vous avez lu ce livre ? N'hésitez surtout pas à intervenir, commenter, critiquer sur la page de bienvenue.

Le Souvenir de personne, Cécile Fargue, première de couverture

Informations pratiques :

Titre : Le Souvenir de personne, L'être ouverte suivie de Fragments
Auteur : Cécile Fargue
ISBN : 978-2-916965-04-8
Format : 14 cm x 20,5 cm
nb pages : 120
prix de vente public : 13 €
date de publication : 8 novembre 2010

Ce livre est fabriqué par votre apprenti libraire à l’unité.

Au préalable, vous pouvez le feuilleter, lire les billets à son propos et ceux concernant son auteur, lire les réactions des lecteurs.

Quatrième de couverture

« — Les arbres ne sont pas nos amis.
— Que veux-tu dire ?
— Et bien, regarde !
Il n’y a qu’à lever un peu la tête. La nuit est d’un jaune étrange et sale. Un peu comme le blanc de la neige lorsque sur la chaussée, en fondant, il se mêle à l’eau et la boue. Le ciel de cette nuit est piétiné des pas que tu ne fais plus. Et juste devant, à quelques mètres, un arbre. Enfin, la silhouette sombre d’un arbre. Massive. Muette. Immobile. Intimidante pour tout dire. Jetant sur ce ciel de paille, des vertiges à nous couper les pattes.
— Je le vois oui… et…?
Nez en l’air, tu le regardes en plissant des yeux.
— Et il est beau, nous pas, et ça l’indiffère.
Tu sembles terriblement triste soudain.
— Et toi ? Toi, ça t’indiffère ?
— Non… Non, moi j’aurais voulu qu’il m’en veuille je crois. »

Ça, ce sont les mots de Sébastien, jeune garçon de 14 ans qui vit ses derniers instants. Une vie d’errance, à la marge de ce qui est bien, de ce qu’on regarde, et dont Cécile Fargue se souvient pour nous. Mais, Le Souvenir de personne n’est pas un témoignage de la misère, c’est une mémoire qui s’ouvre comme une prière, un cri contre l’indifférence.

De la longue lettre qu’elle lui adresse aux courts textes qui redessinent les derniers mois de sa vie, Cécile nous parle de Sébastien et nous offre la chance d’une rencontre : celle que nous n’avons pas su faire et qui va désormais nous habiter longtemps.

Troublante, émouvante, poétique et grinçante, la langue de ce Souvenir fait vivre toutes les nuances du gris. Cette palette sensible où le noir n’existe que parce que le blanc n’est jamais totalement absent.