Un bourdonnement et vite, avec sa forme rebondie, elle connut le succès auprès d’une jeunesse dorée et aventureuse dans les années 1950. Un jeu permettait de la déplacer avec des pions et faire le tour du monde. Je ne l’ai jamais chevauchée : juste lancer les dés et voyager. Depuis quelques années, elle a un regain de succès. On l’appelle plus souvent scoot que guêpe. Elle se vend encore sous ce nom et, avec ses 50 cc, a fière allure. Elle n’est pas donnée pourtant, juste une petite saignée pour sentir le vent par temps doux, se faufiler, se serrer et vivre d’un bzzzzzzz.

Lorsque j’ai décidé de monter mon atelier d’apprenti libraire, c’est à elle que j’ai pensé. Trouver matière et matériaux pour, à ce prix, me griser et si un accident survenait les regretter avec la douceur d’un souvenir.

(photo de la Vespa: LX 50 2t)