On ne nous accusera pas d’hérésie, puisque tout est liturgique dans ces faits. Aussi peut-on rappeler un incident assez piquant des Mystères, à l’occasion du vendredi saint.

La troupe des confrères chargée d’exprimer la scène du Golgotha, attachait sur la croix un beau jeune homme presque nu. En face de lui étaient les trois actrices représentant les trois Maries, choisies parmi les plus belles filles de la ville, et qui se tenaient debout, les seins découverts. Si l’on en croit les traditions, ce genre de beauté qui consiste en une gorge opulente était vivement recherché par l’évêque ; il attachait une haute importance à ce que les femmes qui possédaient un rôle dans la cérémonie fussent pourvues de ces deux demi-globes voluptueux, les laissant libres, dans « le désordre de la douleur », d’émouvoir ou non le représentant du Christ, qui avait fort longtemps ce spectacle sous les yeux.

Or, un jour eut lieu un fait singulier entre celui qui jouait le personnage de Jésus et celles qui formaient le groupe des filles de l’Évangile. « Notre hercule galant », ajoute l’historien de la fameuse anecdote, « posté à l’avantage, avait en perspective une demi-douzaine de tétons capables, par leur systole et leur dias­tole, de subjuguer la vertu du plus froid anachorète, ce qui occasionna un incident très-comique et très-profane, car le crucifié, au lieu de prononcer du haut de sa croix des paroles dignes de celui qu’il représentait, prononça des turpitudes dignes de la damnation éternelle…, et telles enfin qu’on peut les deviner. »

Nous trouvons ailleurs un fait non moins étrange ayant trait à cette partie arrondie et proéminente du buste féminin. En Angleterre, Robert Grosse-Tête, évêque de Lincoln, vivant sous le règne de Henri III, avait cru trouver le moyen de se rendre compte de la sagesse des nonnes. À chacune de ses visites, il en faisait mettre devant lui un certain nombre, et là, inspiré d’un saint zèle et d’une ardeur toute canonique, il expérimentait la virginité des religieuses en pressant leurs mamelles. Facit exprimi mamellas.

Il est facile à déduire que, ne se refusant rien dans la vie privée, les prêtres et les moniales s’en donnaient à cœur joie aux jours consacrés pour les saturnales.

Marc de Montifaud, 1874.

précédent - suivant

in Les Conards de Rouen, 2009.