Pingouins

Je venais à peine de quitter une petite pingouin de mes amis et son plongeon en Manche glaciale, remuante et venteuse lorsque je vis sur un chalet provisoire un placard de facétieuses aquarelles : celles de René Cocagne. Sur le côté, une ouverture découvrait un étal recouvert de livres de belles textures. L’image d’un âne, un nom qui ne m’était pas étranger, un caractère : mais oui ! Ce sont les livres du fameux colporteur Robert Bruce qui chemine souvent avec son âne Platon.

Il était derrière moi, le sourire aux lèvres. Je pris d’une main son Allumeur de réverbères pendant que de l’autre je serrais chaleureusement la sienne. Le gel écourta notre conversation et n’ai su lui dire à quel point j’étais réjoui de le rencontrer. Pourtant une personne qui aime lire et parfois écrire, dit-on, manquait : Platon, son âne.

CD, 2010.

PS je n’ai encore lu L’allumeur de réverbères, j’ai pourtant apprécié le court avertissement en début de volume : « Comme il est d’usage, je dois préciser que les personnages de ce livre ne sont pas complètement imaginaires, puisque je les ai inventés. »

(photo : framapix, LL de Mars, Harrypopof, , licence creative common)