Ceste criée faite, il estoit heure de soupper, pourquoy fut l’eau corner pour laver. Environ le dessert, arriverent plusieurs postes, courriers, herauts, legats, ambassadeurs et messagers, les uns s’adressans aux maistres des requestes, autres aux cardinaux et gens du prieuré conseil, lesquels mirent tant de nouveaux cas en avant que l’on ne sçavoit ausquels entendre. De vray, s’estoit un desordre que de donner audience à tant de survenans, qu’il n’ensuivit que confusion, tout fut renvoyé jusques au mardi gras. Et adieu jusqu’à demain.

Le dimenche gras, sur le midi, se trouverent au vieil palais de ladite ville de Rouen, place dediée à faire telles assemblez, ledit sieur abbé, avec ses resveurs en décimes cardinaux, patriarches, chancelier, protonotaires et autres du collége, accompagnez des neuf vices du couvent, au nombre de xxiiij ou xxv. cens per­sonnes, accoustrez et masquez de si diverses sortes, et conduits d’une si haute gaine, qu’impossible est faire mieux sans art d’ennemy. C’estoit un miracle de vin que de voir leur ordre, pourquoy le college des cardinaux retenu. L’on fist marcher, pour servir de parade, lesdits neuf vices tout devant avec leurs falots, trompettes, tabours, portemesches et le bagage à l’enseigne.

Derriere ce menu fretin, marchoit un vieil homme monté sur un asne, jambes et bras nuds, accoustré mincement, et sembloit un fantôme, et tenoit en sa main une teste de mort, et donnoit où il vouloit, en plusieurs endroits, un dizain escrit à la main dont la teneur suit :

Dizain.

En la saison des Conards où nous sommes,
Verité dort, ou ell’ n’ose parler.
Les foibles ont les plus pesantes sommes,
Trahïson va par la terre et par l’air,
Raison n’a lieu où argent veut aller,
Marchandise est proche du cymetiere,
La foy on cache et ne se monstre entiere,
Envie court, on y adjouste Foy ;
Faveur conduit comme ell’ veut la matiere,
Ainsi tout va contre la droite loy.

précédent - suivant

in Les Conards de Rouen, 2009.