Ceste bende estoit suivie par un chariot carré garny et revestu de noir, tiré par trois chevaux d’une mesme pareure, couvers de larmes blanches, sur lequel chariot estoit assis un personnage nommé Espoir, et tenoit en sa main une espoire ou sphere d’or, et estoit vestu de satin blanc et vert, ayant une masque riante et joyeuse, lequel personnage bailloit en chacun carefour de la ville le dizain qui ensuit :

Dizain.

Oüez, oüez, oüez, oüez,
Et vous taisez si vous pouvez.
Tant print d’ennuy de se voir asservie,
Celle qui fut n’agueres libre et forte
Et qui donnoit aux pauvres gens la vie,
Que de ce mal tost aprés en est morte.
L’abbé Conard et toute sa cohorte
Luy fait honneur trop plus que profitable.
A deplorer perte si lamentable
Que ferez-vous ? Priez tant les hauts dieux
Qu’espoir riant, aux jeunes, favorable,
Face revoir ce qu’on oste a vos yeux.

Quatre personnages principaux, officiers de la maison de Marchandise, portants leurs honneurs, costoyoient ce chariot : l’un nommé la Terre, l’autre l’Eauë, l’autre le Feu, l’autre l’Air. La Terre portoit une enseigne où estoit paint l’Air ; l’Air portoit en son enseigne la Terre ; l’Eauë portoit en son enseigne le Feu ; le Feu portoit en son enseigne une mer, le tout paint sembla­blement. Lesdits personnages, vestus de dueil comme dessus, et leurs chevaux de mesme pareure.

Aprés lesdits officiers estoit un autre chariot, d’une invention gentille, tiré par six chevaux accoustrez comme dessus sur lequel estoit un nombre de jeunes enfans, lesquels suivoyent ledit Espoir pour le bon visage qu’il leur portoit, ayans chacun une verge ou houssine en leur main, où estoyent attachée une table d’attente et vertus de dueil couvert de larmes blanches, comme il est dit.

précédent - suivant

in Les Conards de Rouen, 2009.