Bleu Terre

Vous avez feuilleté ou lu Bleu Terre ? Les commentaires, ci-dessous, vous sont ouverts. N'hésitez pas à formuler vos critiques du flacon ou de l'ivresse. Je suis aussi vivement intéressé par les célèbres question : où ? quand ? qui ? quoi ? comment ? Concernant la lecture de ce livre.

Merci.

[je réactualise ce billet-accueil des lecteurs(1) de Bleu Terre en y glissant au fur et à mesure que j'en prends connaissance des avis glanés ici ou là, n'hésitez pas à me faire parvenir les vôtres]

(1) étrange langue françaises, le féminin s'imposerait pourtant vraiment ici.

°°°

Venez découvrir Bleu Terre

Demain, il y aura une quinzaine que j’ai terminé « Bleu Terre » de Jean-François Joubert.
Pourtant, j’ai l’impression de n’avoir pas fini ce livre où tout est fort, brillant et magique. Mais dire que j’ai aimé est insuffisant.
De ce recueil de textes courts, je retiens une poésie vivante tantôt nostalgique, tantôt onirique. Si « l’albatros » de Baudelaire avait dû écrire le récit de ses voyages et ses Mémoires, certains textes pourraient être de sa plume.
Car, ne nous méprenons pas : ce « Bleu Terre » parle de la mer et de ses côtes, de ce qu’elle inspire, de ceux qu’elle fait vivre ou mourir ; mais aussi des animaux qu’elle abrite, de ses paysages et différents aspects, des légendes et rêveries qui lui sont rattachées…

On peut sentir dans chaque mot, l’amour que l’auteur lui porte et à quel point elle est intimement liée à de nombreux aspects de sa vie actuelle. Peut-être même de ses vies antérieures vu le respect face à la source de toute chose qu’est l’océan, et la sagesse qui émane de certains textes.

Quant à moi, j’ai adoré ceux puisés directement à l’âme et au cœur de Jean-François Joubert, ceux qui mettent la larme à l’œil ou font pleurer avec bonheur tellement ils font écho à des sentiments ressentis par chacun à un moment ou un autre de sa propre vie. Preuve, s’il en faut, que les meilleures choses sont écrites à l’encre de la souffrance voire du désespoir.

Dans le texte – Suspension divine -, on nous interroge : « Que donner de plus quand on n’a rien d’autre qu’une vie à donner ? ». Ses sentiments les plus intimes, une parcelle d’âme, ses joies et ses larmes, ce qu’on aime et qui nous inspire…

Merci Jean-François.

Céline C. M. (je me suis permis de vous emprunter ce texte, dites-moi si j'ai eu tort)

°°°

Mon avis concerne le livre de Jean-François Joubert « BLEU TERRE ». J'aime les textes de Jeff, même (ou peut-être à cause ?) s'ils ne sont pas totalement aboutis, pas "pro" : il a vraiment un monde à lui, des côtés absolument touchants, une vraie veine poétique.

Je ne connais pas les autres auteurs que vous avez publiés.

Pour ce qui concerne le livre, j'ai aimé le choix du papier et la typographie, la mise en page aérée et le dos solide. J'ai regretté que les illustrations ne soient pas toutes en pleine page, quitte à en mettre moins. Je trouve la couverture un peu mince et surtout, le défaut qui m'a paru le plus flagrant est son aspect gondolé, dû, je pense, au passage sous presse.

J'ai énormément apprécié le côté humain des échanges, le suivi de la commande ( j'imagine que vous devez y passer un temps fou !) : je n'ai jamais eu l'impression d'être une cliente anonyme, mais une amie potentielle !

Au total, j'ai l'impression en ayant acheté ce livre d'être dans le registre (précieux car il disparait !) des véritables amateurs : des gens qui partagent un amour de la chose bien faite, avec soin et personnalité et je vous en suis reconnaissante.

Nicole Delvallée (repris de ce billet-ci)

°°°

Bleu Terre de Jean François Joubert :

Avis sur le texte : j'ai connu Jean François sur un site de correction où j'ai pu lire plusieurs de ses textes. J'ai été fasciné par cet auteur, sa personnalité à la fois fragile et attachante et sa capacité à écrire dans plusieurs genres. Il s'agit ici d'un recueil de poèmes où plutôt d'une balade poétique magnifiquement illustré par Georges Briot. Je n'ai pas encore fini de lire ce livre mais, bien que n'étant pas très passionné par la poésie, je pense en faire un commentaire prochainement sur Babelio.

Avis sur son enveloppe : les illustrations couleurs donnent à ce livre un cachet certain.

Bernard Fauren. (repris de ce billet-là)

°°°

Bleu Terre

Suffit d'ouvrir les pages de Bleu Terre de Jean-François Joubert et la vague mangeuse vous avale dans un flot de salive qu'aurait un goût d'embruns, d'algues et de varech ...

Engloutis nous sommes, avec délices et presque volupté par ce souffle marin qui parle, nous parle, leur parle, lui parle, du crépuscule à l'aube, de cette langue d'eau qui charrie tant d'images, de sons, d'odeurs qu'on en finit par être sa balade à lui ...

Cécile Delalandre

°°°

J'en suis à la troisième lecture de BLEU TERRE ... et toujours sous hypnose !

Je ne peux donc pas dire ce que j'en pense ... mais simplement que je ne peux pas m'empêcher d'en REPRENDRE une page chaque fois que je vois le livre !
C'est grave, Docteur ?
Bin tant pis : il tiendra une place de choix dans ma vie !
Merci à l'auteur, à l'éditeur et qu'il fende les eaux, ce bookin :-)

Simone Milhé.
(repris du commentaire ci-dessous)

°°°

(...) Balade se réclamant poétique, laissant aux mots la liberté de choisir, et leur place, et leur force ; une façon, nonchalante, de laisser couler une écriture fantasque, mais sans doute, travaillée habilement, qu'on peut lire à voix haute : « pas un chat ne passait par là, aucun chien non plus ; le temps avait mis sa pause et le jardin gardait ses secrets » (...)

Martine Lamouché Petauton in Reflets du temps

°°°

« (...) Ce sont de petits textes de longueurs diverses, dans une sorte de prose poétique, un recueil d’émotions sur fond de tempête, de brume, d’éclaircies soudaines, et de tout ce qui fait le charme de cette région. L’auteur semble imprégné de cette nature sauvage et c’est avec un certain talent qu’il nous livre le fruit de ses impressions. (...) »

Lire l'article de Noann en entier.

°°°

Un recueil poétique en forme de balades où l'auteur joue avec les mots jusqu'à l'enivrement... on pense à cette « quête de l'inconnu par le dérèglement de tous les sens » de Rimbaud. Il y a effectivement du « Voyant » chez Jean-François Joubert qui évoque des ailleurs à partir des couleurs qu'il associe avec bonheur :

« ...il voyageait dans un monde féerique, son âme aimait les étincelles de couleurs de ces poissons étranges qui offraient des ondes rouge vert phosphorescent, de l'artifice à implosions électriques… »

Bleu-Terre c'est aussi une ode au monde marin, les bateaux, les poissons... et puis une nostalgie d'un passé qui ne sera plus « Fantôme de nos mémoires » :

"Mon grenier, je t'aime comme une dépendance, une drogue alitée, toi, qui conservais, sans le savoir, toute la mémoire, tout ce passé. Toute cette sensibilité étalée sur le sol, ce désir de livrer sa conscience, de se livrer, de se donner, m'ont aspiré."

C'est au fond ce qui m'aura le plus marqué au cours de ma lecture : cette « sensibilité » qui engendre aussi la souffrance... et puis cette évocation d'Elle qui sourd de page en page.

J'ai eu l'occasion d'écouter une lecture mp3 de Bleu Terre que je recommande car la « mise en bouche » de Cécile Delalandre met bien en valeur la musicalité des textes.

Enfin, mention spéciale à Georges Briot pour ses aquarelles qui entrent très justement en harmonie avec les textes de Jean-François Joubert.

Becdanlo (recopié de Babelio)

°°°

(...) Certaines balades sont tout simplement magnifiques, et les mots utilisés par l’auteur sont d’une grande force. Je pense notamment à La Sorcière, La femme horizon ou encore L’’Ours. Ce sont les trois écrits qui m’ont le plus marqué. Avec eux, j’ai rêvé et voyagé. Diverses émotions sont ressorties de ces lectures. Avec La Sorcière, on retombe dans l’enfance et nous nous remettons à penser à toutes ces histoires farfelues qu’on pouvait imaginer lorsqu’on était enfants. La femme horizon nous fait sentir toute la puissance de l’amour. L’Ours nous plonge dans les méandres de l’être humain, et ce qu’il peut causer à la terre. Comme l’ours, on est confus et révolté.

D’autres textes ne m’ont pas vraiment touché. Je les ai lus sans être porté par les mots et sans vraiment voyager. (...)

Extrait de l'article de Gaëtan « Bleu Terre, balade poétique et insulaire », de Jean-François Joubert

°°°

Katell et Bleu Terre

Katell et Bleu Terre

Photos : A.-C. et E.T.

°°°

Terre et rêves

Terre et rêves

Photo de Carmen Pennarun Boucher (contact)

°°°

Terre-mère

Terre-mère

Photo de Carmen Pennarun Boucher (contact)

°°°