Un petit port tranquille et ses bateaux qui se rangent au gré des courants, des lunes et des soleils qui s’aiment, s’attirent et se délaissent. Les voiles sont bleues, vertes, mauves ou rangées. La mer, elle, est silencieuse si le vent ne se fait point remarquer.

J’aime l’abri du petit coude né de la rivière qui se jette à la mer, et le charme suranné des corps morts éparpillés. Ce sont de bien curieuses bouées qui ne retiennent pas les marées, mais les navires qui s’y amarrent. La nature nous promène dans son spectacle permanent, ses bruits, ses sources, et les délices de ses couleurs.

Des nuages turbulents se baignent dans le ciel, éclaboussant le bleu de gris arrosés. Étrange impression de ce lieu aérien où il pleut des idées de rentrer auprès d’une cheminée, le regard allumé face aux flammes rouge cendré qui projettent leur chaleur. Les dos des bateaux agitent leurs mats secoués par les mouvements des flots, la musique des drisses et des chants d’oiseaux enchante ma pensée.

Je rigole et je m’affole de cette illusion de paix, de ce lieu miroir où la guerre s’est effacée. Des souvenirs de peines qui ont existé bien avant que je sois né affleurent. Curieuse idée que de penser aux bombes qui, sans secret, déchiraient le ciel, crevaient les nuages, laissaient couler la colère rouge du pas de veines, transformaient les rues en artère de sang ou en arc-en-ciel de douleur.

in Bleu Terre, Jean-François Joubert, 2010.