Cicio fit claquer ses doigts en manière de castagnettes, et se mit à danser une saltarelle romantique à l’usage de la chèvre jaune. Tantôt il prenait Gheta par la taille comme une femme, tantôt il la soutenait d’une main pour l’empêcher de choir sur ses pieds de devant ; puis, il tournait autour de sa danseuse, et faisait les passes et gambades de la saltarelle. La belle Angélica commença par rire de tout son cœur, et, l’envie de danser la gagnant, elle courut chercher son tambour de basque. On dansa la saltarelle à trois. Cicio déploya ses jarrets et mit des ailes à ses talons pour s’élever à deux coudées au-dessus du sol, quand il eut en face de lui deux danseuses à la fois. Il voltigeait de l’une à l’autre, animant la pauvre Gheta du geste et de la voix, et poursuivant ensuite la jeune fille, qui lui échappait en faisant des pirouettes. Tous trois, observant le crescendo d’usage, doublaient la vitesse du rythme, et s’excitaient réciproquement. Pendant ce temps-là, Mast’André, qui prenait plaisir à voir le rare talent de la chèvre jaune et le contentement de sa fille, s’était adouci peu à peu. Le sourire avait remplacé sur sa large face l’expression du courroux. Il commençait à fredonner tout bas, en sautillant d’un pied sur l’autre. Enfin, l’enthousiasme lui montant à la gorge, il se souvint du beau temps de sa jeunesse, et se lança dans le tourbillon de la saltarelle. À peine eut-il fait quatre passes que son gros corps se fondit en eau ; mais il tint ferme jusqu’au bout, et ne s’arrêta qu’au moment où tous les danseurs, épuisés de fatigue, se couchèrent sur le sable pour se reposer.

– Par Bacchus ! s’écria le notaire, je ne savais point que j’eusse les jambes si robustes. Il y a vingt ans que je n’ai fait tant de besogne ; mais, Dieu merci, on n’a pas encore perdu sa vigueur. Tu avais raison, Cicio, ta chèvre est un prodige. Elle danse comme une blanchisseuse de San-Nicolo. Ma cuisinière va te servir un verre de vin.

– Combien veux-tu me vendre ta chèvre ? demanda la jeune fille.

– Elle n’est pas à vendre, répondit Cicio.

– Je t’en offre dix ducats.

– Elle n’est pas à vendre.

– Quinze ducats.

– Signorina, je vous amènerai demain de jeunes chevreaux parmi lesquels vous pourrez choisir. – C’est Gheta que je veux et non une autre.

– Je ne la donnerais pas pour son poids d’or, ni pour douze acres de terre, ni même pour le bâtiment de l’hôpital ; mais puisque votre seigneurie honore Gheta de son amitié, je viendrai chaque matin vous faire une visite, et je vous montrerai bien autre chose que la saltarelle, si votre papa veut le permettre.

– Viens tant que tu voudras, mon garçon, répondit le père, car ta chèvre m’a mis en joie, et je vois qu’elle est plus savante que mes clercs.

La jeune fille adressa au petit chevrier un regard plein de malice pour le féliciter d’avoir si bien gagné le cœur de Mast’André. Cicio but le vin que lui servit la cuisinière, et après avoir salué poliment la compagnie, il appela ses chèvres et sortit d’un pas nonchalant.

précédent - suivant

in La Chèvre Jaune, 2010.