Il n’y a point d’être plus passionné que le Sicilien. Sa passion peut le conduire en quelques heures jusqu’à la folie, et cependant il cache le serpent qui le ronge sous une triple cuirasse de dissimulation, comme si l’aveu de son trouble le devait conduire aux galères. Quand il eut quitté le notaire et sa fille, Cicio parcourut la ville et porta son lait à ses pratiques, en recueillant les nouvelles du jour et causant avec les chambrières d’un ton dégagé. Vers dix heures, sa tournée étant achevée, il se composa un maintien diplomatique pour passer devant le factionnaire de la porte d’Ortigia, et prit le chemin de son village ; mais lorsqu’il fut seul avec son troupeau dans le désert de marbre du quartier de Neapolis, il leva ses bras en l’air et poussa des cris déchirants.

– Misérable que je suis ! dit-il. Qu’avais-je besoin de suivre ce damné notaire et de voir cette fille plus belle que la façade d’un temple ? Ô saint François, saint Thimoléon ! secourez-moi. Éteignez le feu qui me brûle. Adieu la paix de mon âme ! ma gaîté, mon repos, ma vie paisible ! Ô ruines de la mourante Syracuse, contemplez mon désespoir. L’amour, comme un impitoyable Sarrasin, s’est glissé dans mon cœur, et porte la flamme et le fer dans tous les coins. Affreux ravage, accident lamentable ! Qu’on me jette sur la tête un de ces blocs de pierre. Ô Cicio, pauvre Cicio ! te voilà dans l’enfer ! Enlèveras-tu ta maîtresse pour la conduire dans ta cabane, et la faire coucher avec son linge fin sur une botte de paille ? Quel curé voudra jamais bénir un époux en guenilles ? Verras-tu celle que tu adores se marier avec un autre ? Meurs plutôt mille fois avant que ce jour sanglant se lève ! Qu’un tremblement de terre t’engloutisse en même temps que le notaire, sa fille, et Syracuse entière !

Deux laveuses qui passaient le long du grand aqueduc entendirent les cris et les imprécations du pauvre Cicio.

– C’est un amoureux, dit l’une d’elles, et sa demi-folie le travaille. N’approchons pas ; son mal est contagieux.

Les deux laveuses dirigèrent du côté de Cicio l’index et le petit doigt de la main gauche, afin de chasser la mauvaise influence.

– Que la peste d’amour lui soit douce ! dirent-elles ensuite ; c’est un joli garçon.

Cicio, qui entendit des voix, reprit aussitôt sa contenance diplomatique et, renfonçant la douleur dans les replis cachés de son cœur, il se rendit au village de Floridia.

précédent - suivant

in La Chèvre Jaune, 2010.