Cette nouvelle édition de La Chèvre Jaune vient s’insérer dans la collection des penchants du roseau : Côte à cote, celle où un petit chapeau pointu virevolte d’un « o » à l’autre. Elle en porte le numéro zéro. L’idée, pas vraiment inédite mais peu courante, est de faire se côtoyer un ancien et un moderne, un style reconnu à l’autre naissant.

Zéro, parce qu’ici ce n’est pas tout à fait le cas. Paul était dans l’ombre d’Alfred ; Jean n’est plus... raté pour la plume jouvencelle. Cette publication correspond donc plus à une tentative ; le simulacre d’une occasion que le temps évita.

La chèvre – oui – leur est commune : un conte délicieux s’habillant en roman d’un côté, une passion jouant l’exégèse de l’autre. La facilité de plume de Paul, Jean n’en était pourvu, il s’adonnait plus souvent aux longues conversations, à la lecture et à la rédaction de brefs articles. Je fus étonné. Il n’avait lu La Chèvre Jaune lorsque je lui en ai parlé la première fois. Ses yeux pétillèrent, mais il était déjà trop tard.

Je m’étais promis de lier, sans cabrioles fantasques, la chèvre de Sicile à celle de Touraine. Ce « chapeau bas devant la casquette » en est un essai.

Christian Domec.

Bibliographie partielle

Paul Edme de Musset (1804 – 1880)

Monsieur le Vent et madame la Pluie, Gérard Seguin, 1846
La Chèvre jaune, Sem. Litt. du courrier des Etats-Unis, 1848
Voyage pittoresque en Italie, Belin Leprieur et Morizot, 1855
Lui et elle, Charpentier, 1860
Biographie d’Alfred Musset (œuvres complètes), Charpentier, 1877
En voiturin, Calmann-Lévy, 1890

Jean Domec (1926 – 2005)

Sente de la chèvre qui bâille, Christian Domec, 2006

in La Chèvre Jaune, 2010.