« petits penchants » - 2

[en attendant la sortie d'Un jour de grosse lune]

couverture_un_jour_de_grosse_lune_1_400

couverture_un_jour_de_grosse_lune_4_400

Cécile Delalandre,

poète et parolière, aime sa langue et la faire claquer à en tordre les mots. Qu’ils soient siens et de leur brisement l’esquisse d’un sourire. Le dessiner ? Peut-être ainsi : *_*.

Cécile, après avoir franchi la Loire, les Alpes et les océans, vit – ce matin – à Paris.


***

« Quand les côtes de Tanger se sont mises à blanchir, il s’est tu. Moi j’étais groggy, à terre, par tout ce qu’il venait de me révéler.

Il a tenté de me consoler en me disant qu’il avait eu le temps de voir les mûres rougir, d’écouter la chouette chevêche, de caresser l’aubépine, de souffler sur les sé­neçons, d’humer les tanaisies, de délainer des chèvres maltaises... qu’il allait bientôt aspirer un autre air et qu’il avait moins peur du crochet des serpents que celui du big brother ! »

Un jour de grosse lune