couverture_instants_tannes_1_400

Chers lecteurs d'Instants tannés de Cécile Fargue Schouler, les commentaires, ci-dessous, vous sont ouverts. N'hésitez pas à vous exprimer ; ou gardez le silence si vous le préférez.

°°°

Le recueil de texte "Les instants tannés" est un petit bijou. Des textes finement ciselés, qui rendent triste souvent, mais qui sont paradoxalement réconfortants. Parce qu'il est toujours réconfortant de lire des textes de vraie littérature, et de suivre un jeune écrivain ( l'an dernier "Le souvenir de personne" a bouleversé tous ceux qui l'ont lu) qui écrit avec son âme, tout simplement.

Nicole (copié d'un commentaire ci-dessous)

°°°

Dans ses 13 petites nouvelles tout en délicatesse et en subtilité, Cécile Fargue Schouler parvient à nous faire ressentir les abîmes du vide qu’ils se logent sous la peau de la semoule au lait ou entre des mocassins de cuir. Quelques secondes d’éternité, un bonheur insoupçonné parfois réussissent contre toute attente à se loger au creux des solitudes de ses personnages mais l’univers de Cécile reste sombre.

Quelques mots sur mes nouvelles préférées :

La nouvelle la plus émouvante : « Une seconde contre le vide ». Un magnifique texte sur ce que peut une seconde dans les bras d’un homme aimé contre le vide de la vie d’une femme. Si je vous dis que c’est en plongeant sa cuillère dans la peau de la semoule au lait que cette sensation refait surface, vous penserez peut-être à Proust ou Virginia Woolf … et vous aurez raison ! (...) »

Lire la suite sur Le Pandémonium Littéraire

Marianne Desroziers

°°°

Ces instants sont treize desserts offerts avec talent par Cécile aux lecteurs. A consommer sans modération. Je les ai tous aimés parce qu'ils sont tous plein d'une humanité généreuse.

Merci.

Yasmina Hasnaoui (copié d'un commentaire ci-dessous)

°°°

Instant choisi

Instant choisi

Photo de Ludo.

°°°

Lecteur anonyme

Lecteur anonyme

Photo de Goj.

°°°

« (...) j’ai découvert un auteur très attachant, une femme comme cela m’arrive souvent ces temps-ci, son nom est Cécile Fargue Schouler.

Le recueil de ses petits récits s’intitule Instants tannés, … encore un jeu de mots. Et ces textes miniatures recèlent un jeu de maux …

Elle saisit une image de la vie quotidienne, un instant banal en apparence, les épluche et dégage souvent un malaise, un drame, une fatalité qui tanne, un état des choses insoupçonné au début de l’histoire … Prenons garde à la douceur des choses, elle cache un côté obscur, au fond de soi se nichent des sentiments qu’on éprouve et que l’écrivain prouve …

L’écriture maintient le lecteur en alerte, un verbe jaillissant, vif et instantané comme un café. (...) »

Grillon du foyer

Lire le billet du côté de chez Grillon du foyer.

°°°

« Bordeaux, 27 août 2013

23h30. La chambre d’hôtel est monochrome. Du sol au plafond, les murs, le mobilier, le linge aussi... Pas vraiment moche, juste sans tempérament. Je me glisse sous les draps, tapote les oreillers. L’heure tardive devrait m’inciter à dormir. Et bien non, c’est avec un livre « de gourmandises » glissé le matin même dans mes bagages que je passerai la soirée : « Instants tannés », ça sonne bien et ça tombe bien aussi. « Une seconde contre le vide » pour lutter contre la monotonie des lieux ! Le ton est donné.

Les histoires courtes se succèdent. J’aime l’efficacité de leur format. La surprise aussi. À chaque fois, un nouvel univers. Un peu comme un voyage que l’on ferait, le nez collé à la vitre. Mélange de poésie et de réalisme, c’est goûteux. Difficile de ne pas succomber à la tenta­tion... Une histoire de plus n’est pas une histoire de trop !

Page 43, « Les Passants » m’interpellent. Avec eux, je remonte le temps... J’ai 5 ans et attends le samedi avec impatience. De tous les jours de la semaine, celui-là a ma préférence. De bon matin, je m’en vais en ville avec mon père. Toute seule comme une grande, je reste à l’arrière de la voiture, deux-trois heures durant, le temps pour lui de vaquer à ses obligations. Et là, je me régale. Depuis mon poste d’observation, ce sont des visages que je croise et autant d’histoires sans parole que je me raconte. Je porte sur les gens un regard curieux mais bienveillant. J’aimerais savoir leur vie, leurs questionne­ments, leurs bonheurs aussi.

Quand mon père revient, il me rapporte invariablement un éclair à la vanille. C’est mon gâteau préféré. Il le reste encore aujourd’hui...

01h30...

Il n’est jamais trop tard pour se délecter des bonnes choses. Je viens d’achever la lecture des « textes & autres miniatures ».

J’éteins la lumière. Les draps sont parfaitement incolores et inodores. Et pourtant règnent dans mes songes tant de parfums...

Auteur(e)s, libraire ou magicien ? Sur le chemin de la vie, sans doute sommes-nous tous des apprentis. Merci à vous de permettre que des « Instants tannés » puissent devenir ces instants partagés.

Quimper, 8 septembre 2013

« Juste un instant »... Il n’en faut souvent pas plus pour capter une émotion, vivre un quelque chose dont la résonance va nous accom­pagner longtemps.

C’est sur cet éclat dur ou tendre du moment que j’aime écrire.

(...) »

Marylène Le Meur

°°°

« Instantanés poétiques dans leur simplicité et leur humanité la plus dépouillée. Où on redonne enfin une valeur profonde aux gestes, aux sensations aussi anodines et fugaces soient-elles. Votre écriture a une simplicité que j'apprécie énormément. D'un certain côté, je m'y retrouve. Que ce soit dans ce qui est dit ou dans la manière dont vous le dites. Ces petits rien - la peau du lait chaud et les marches sans but - sont, j'en suis persuadée, ce qui fait que la vie est délicieuse et profonde quand on sait les aimer ou du moins, les considérer.

Ces petits textes, à lire et à relire, sont tout simplement un plaisir. »

Flora Delalande

°°°