apparence du journal des penchants du roseau

« Les penchants du roseau ne reçoivent plus de manuscrits », c'est la phrase soulignée de rouge qui accueille le visiteur. Avouez que ce n'est pas très hospitalier. Pourtant elle répond à une réalité bien plus tangible que l'hypothèse d'école de la question n°1 : dans les faits, depuis que les penchants du roseau existent, plus de personnes ont proposé un manuscrit que passé commande.

Je ne retirerai pas cette phrase qui fait son œuvre - tarir à la source cet afflux et s'y référer lorsqu'un manuscrit m'est proposé depuis - tant que je n'aurai pas résolu la « gestion » de ces manuscrits : leur lecture, le choix, sa communication à l'auteur.

Ma question est donc double :

  • que me suggérez-vous ?
  • qui serait prêt à m'accompagner dans la lecture de ces manuscrits (qualités essentielles : discrétion, esprit critique et ouvert, capacité de trancher et de dire, faible amour-propre) ?

Merci.