Nourit nous propose une nouvelle édition de Poëme à Di, imprimée cette fois à cent exemplaires numérotés par ses soins et de belle manière.

Poëme à DI

Son contenu est librement feuilletable (!) à l'adresse ci-dessus. En voici l'ouverture :

Ouverture

Je me demandais ce jour, amour aux mille têtes : sommes-nous l’œuvre l’un de l’autre ? Qu’ai-je fait de toi, qu’as-tu fait de moi – simultanément.
Œuvre de formes, de sons, de fragrances, fais-tu poids et transportes-tu à la fois ?

Globalité d’une œuvre tourmentée
travaillée par la fermentation d’une alchimie
qui graduellement polit
le cristal de l’Un-fini

Si les visages changent, le corps de l’amour n’est-il pas toujours le même ?
La grande histoire, au tain des petites réunies, se poursuit au-delà d’elle-même et tous les êtres à l’inouï, en un seul, nous entraînent.
A-t-on jamais vu le feu originel s’épuiser aux mille flammes qu’inlassablement il nourrit ?
Est-ce pourquoi ainsi Poëme à Di me vient, sans pluriel, et fouille dans la Mort même que l’Amour interpelle.
Ringard Amour, ringards mots d’amour, mais que sait-on de ce tiers qui, de pile et de face, fait et défait de tout temps ces guerres duelles comme individuelles ?
Ainsi, à mort, amour, à vie, s’essaye.
Toujours.

Nourit Masson-Sékiné in Poëme à Di.