Extrait des 1ères lectures buissonnières du 25 mai 2013 à Saint-Aubin-du-Cormier.

The Great Day of His Wrath

« Le lieutenant Octave Billy n’en revenait toujours pas. Abbie Bartone avait réponse à tout. Elle connaissait chaque recoin de la maison. Mieux encore, elle pouvait dire où se trouvait chaque ustensile de cuisine, où était rangé le moindre clou. Elle connaissait même la couleur de toutes les petites culottes de Mitsye Kravets… lingerie qu’elle affirmait être sienne, bien évidemment.

— Prenons le problème autrement…, essaya Octave avec un flegme étonnant. Où avez-vous acheté les vêtements que vous portez ?
— Acheté ?
— Oui, acheté… Dans quel magasin : une grande surface ? Sur un marché ? Dans un catalogue ?
— Je ne comprends pas « acheté », avoua Abbie Bartone avec une moue de petite fille. Les vêtements sont là… dans les placards… Je ne vois pas où vous voulez en venir…
— Mmmm…, savoura Octave Billy.

Lui qui avait été amené à étudier toutes les mythologies, lui qui avait été confronté à d’étranges pluies, qui avait failli perdre la vie entre les griffes d’un monstre vaguement humain, en était toujours à se demander ce qui ne collait pas dans cette histoire. Mais le plus étonnant ne s’était pourtant pas encore produit.

Quand Mitsye Kravets ouvrit les volets de la pièce dans laquelle ils se trouvaient pour y laisser entrer les derniers rayons du soleil, les yeux d’Abbie Bartone s’agrandirent de manière démesurée.

— Le soleil ! hurla-t-elle en portant les mains à sa bouche. Le soleil !!!
— Oui…? hasarda Octave.
— Le soleil a bougé !!!

Le lieutenant Billy avait osé un œil par la fenêtre pour constater de visu ce phénomène pour le moins singulier… Le soleil était proche de disparaître derrière l’horizon.

— Ah oui tiens…, observa le flic. Et alors ?

Ce n’était visiblement pas la réponse à laquelle s’attendait Abbie Bartone, terrifiée.

— Et alors ? Les légendes racontent que la dernière fois que le soleil a disparu, il n’est pas revenu avant une éternité !
— Elles racontent ça, vos légendes ? Je comprends mieux maintenant pourquoi vous êtes aussi tendue. Mais n’ayez pas peur. Si tout va bien, le soleil devrait réapparaître demain matin.
— Demain matin ?
— C’est bien ce que j’ai dit.

Abbie resta d’abord la bouche ouverte sans qu’aucun son ne daigne en sortir puis, alors qu’Octave cherchait quelle attitude adopter, la question survint :

— Et… C’est quoi, « demain matin » ? »

Cyrille Audebert in 9e jour.

(image : The Great Day of His Wrath, John Martin, 1853)