Artan outré par les propos désobligeants tenus ici ou là lance : Que savent-ils de nos merveilles, coincés dans leurs automobiles. Ils ont perdu l’œil et l’oreille.
Et Lirie lance : je suis cette toute jeune fille qui répétait les chansons de sa mère. Je suis encore cette toute jeune fille que vous rencontrez dans les jardins de France. Je ne suis pas sans histoire, sans mémoire, sans culture, sans arrière pays. Je suis…
Le poète algérien Malek Haddad le dit avec son langage qui résonne tant en moi :

« Je suis le point final d’un roman qui commence
non pas oublions tout non pas niveau zéro
Je garde dans mes yeux intacte ma romance
Et puis sans rien nier je repars à nouveau

Je suis le point final d’un roman qui commence
À quoi bon distinguer le ciel et l’horizon
On ne peut séparer la musique et la danse
Et mon burnous partout continue ma maison

Je suis le point final d’un roman qui commence
De mes deux Sahara je ferai des chansons
Je garde dans mes yeux intacte ma romance
Je suis en vérité l’élève et la leçon

Souvent je me souviens d’avoir été berger
J’ai alors dans mes yeux cette longue patience
Du fellah qui regarde à ses mains incassables
L’histoire du pays où naîtra l’oranger

Souvent je me souviens d’avoir été berger
J’ai rompu la galette
J’ai partagé les figues
Mes filles
J’ai bien marié
Il n’est point de pareil
Au fusil
À l’ouvrage
Que mon fils aîné

Ma femme était la plus belle de la vallée(…) »

Je suis, ajoute Lirie, la poésie, tour à tour bâillonnée, tour à tour incendiée. Je suis celle qui a donné la vie, qui a porté Gentian et Kledian jusqu’aux rives de ce pays, aujourd’hui le leur, tour à tour merveilleux et méchant et où ils ont reçu une autre langue, un autre pas…

Fatima

100 poèmes pour la famille Karasani

« 100 poèmes pour que la famille Karasani vive dans sa commune sans être inquiétée » (poèmes ou courtes proses qui seraient rendus publics).

La matière de ces textes pourrait s'inspirer des quelques éléments présents sur cette page de soutien à la famille Karasani qui vit à Saint-Aubin-du-Cormier : https://www.facebook.com/SoutienFamilleKarasani/

Chaque poème peut être déposé sur cette page/événement avec la signature du poète (elle accompagnera le poème lors de sa publication sous tout support : web, affichettes, voire brochure), sur la page facebook de « soutien à la famille Karasani », par message privé sur le compte https://www.facebook.com/CultureCormier ou à l'adresse mail : christian.domec@wanadoo.fr .

Merci pour vos contributions !