Le monde est une jungle

Ils récusent leur passé, ont quitté leur maison
D’Europe d’Asie ou d’Afrique, ils arrivent encor’
Vers des lieux étranges, proche de la déraison.
Arrachés de leur pays que pourtant ils adorent.

Sans nourriture, sans eau et le visage blafard,
Chaque frontière leur livre difficultés,
Ils avancent dans le noir, le regard hagard
Avec les problèmes qu’on ne peut imaginer.

Quand une lueur s’allume, il faut recommencer
Mais vivre dans le camp est le début de l’attente,
Ou l’assiette de nourriture à quémander,
Offerte par charité, ne réchauffe pas la tente.

Point d’espace privé qui ne leur appartienne,
Ils errent dans la jungle et ne sont pas chez eux,
Croisent des gens bien dont les regards préviennent
Que vers eux, d’autres ne lèveront pas les yeux,

Que même à « bonjour », certains ne daignent pas
Un sourire en réponse à un être humilié.
Nous savons les valeurs et ne souhaitons pas
Être encore traité comme l’animal blessé.

Dans nos villages quittés, nous avions notre culture
Nos problèmes au pays, nos droits et notre Dieu
Ici nous endurons quelques insultes et injures,
Mais nous percevons que la haine n’aura pas lieu.

Gaspard

100 poèmes pour la famille Karasani

« 100 poèmes pour que la famille Karasani vive dans sa commune sans être inquiétée » (poèmes ou courtes proses qui seraient rendus publics).

La matière de ces textes pourrait s'inspirer des quelques éléments présents sur cette page de soutien à la famille Karasani qui vit à Saint-Aubin-du-Cormier : https://www.facebook.com/SoutienFamilleKarasani/

Chaque poème peut être déposé sur cette page/événement avec la signature du poète (elle accompagnera le poème lors de sa publication sous tout support : web, affichettes, voire brochure), sur la page facebook de « soutien à la famille Karasani », par message privé sur le compte https://www.facebook.com/CultureCormier ou à l'adresse mail : christian.domec@wanadoo.fr .

Merci pour vos contributions !