Journal des penchants du roseau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Jean-Pierre Mathias

Fil des billets

dimanche 18 octobre 2015

Dimanche 1er novembre, le conteur Jean-Pierre Mathias à Saint-Aubin-du-Cormier

26e rencontre autour du livre, à fleur de zinc

Jean-Pierre Mathias, conteur, auteur de Contes et légendes d'Ille-et-Vilaine au Bar d'à côté

Dimanche 1er novembre de 10h à 12h30

Le Bar d'à Côté – 33 rue porte carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier – vous propose une rencontre avec le conteur : Jean-Pierre Mathias.

Auteur de « Contes & légendes d’Ille-et-Vilaine », le lendemain de deux veillées animées à Chantepie et à Carquefou, notre conteur de Haute-Bretagne nous enchantera par le récit des rameaux de divers terroirs, cueillis et assemblés en histoires pour notre plaisir.

Amoureux et curieux des livres, venez nombreux

Quelques liens :

► renseignements auprès de Christian Domec - christian.domec@wanadoo.fr

L'affichette

Le livre au bar d'à côté, 1er novembre 2015

°°°

Rencontres autour du livre, à fleur de zinc

Troisième saison 2015/2016

Comme pour les saisons précédentes (2013/2015), ces rencontres ont lieu chaque premier dimanche matin du mois de 10 h à 12 h 30 avec comme invité une ou plusieurs personnes ayant un lien fort avec le livre (auteur, poète, conteur, éditeur, librairie, illustrateur, relieur, photographe, etc.) dans le cadre chaleureux et détendu du bar associatif. Une manière plaisante de lever le voile sur les sources de l'écriture, les coulisses de l'édition et d'en débattre tranquillement.

Lors de ces rencontres nous sommes aussi attentifs aux animations proposées par la médiathèque de Saint-Aubin-du-Cormier : en faire l'écho est un minimum ; créer des passerelles, un souhait.

À dimanche matin donc !

lundi 13 octobre 2014

Jean-Pierre Mathias conte pour nous à Saint-Aubin-du-Cormier ce 17 octobre

Il sera le vendredi 17 octobre à la médiathèque de Saint-Aubin-du-Cormier, il inaugurera ainsi les veillées contées qu'elle organise à la veille de chaque vacances scolaires. Au Grand Staubin et dans ses alentours on y glane - dit-on - des glands, des châtaignes et marrons, mais des historiettes, contes et légendes aussi. Jean-Pierre Mathias aime les collecter pour nous les dévoiler avec force voix. Sourires et frissons nous accompagneront ce soir-là dès 20 h 30.

Jean-Pierre fut notre invité lors des premières (1) lectures buissonnières en mai 2013. Yasmina, Mariana, Marianne, Carmen et Padrig s'en souviennent certainement.

À bientôt Jean-Pierre et merci Anne-Claire !

°°°

(1) les troisièmes lectures buissonnières n'auront sans doute pas lieu en 2015, nous verrons par la suite.

jeudi 19 décembre 2013

Jean-Pierre Mathias, le doigt tendu, m'a dit...

... de regarder. Comme un imbécile, ce n'est pas son doigt que j'ai observé, mais le soleil qu'il désignait. Quel aveuglement ! Et cette image pour s'en distraire :

La Nature, 1882

Un clic dessus permet - pour ceux qui possèdent une belle vue - de lire l'article de Gaston Tissandier sur l'héliodynamique paru dans La Nature, le 26 août 1882.

PS : Jean-Pierre Mathias conte toujours (voir son agenda).

vendredi 4 octobre 2013

« La moitié de son corps était en flammes » - Salon de Liffré du 5 octobre 2013

Cher Jean-Pierre Mathias, la connais-tu celle-ci ?

°°°

Un Voyage au purgatoire

Les habitants de Liffré et des communes environnantes connaissent tous l’histoire du père Malvat, de Gosné, qui cependant est mort depuis longtemps.

Voici cette histoire, telle qu’on la débite à la veillée, et telle que le bonhomme la racontait lui-même.

C’était un honnête homme que le père Malvat, qui ne passait point pour un menteur, pas plus qu’il n’aurait voulu se moquer des gens qui l’écoutaient.

Or donc, voici l’aventure qui lui était arrivée.

Il s’en alla, à Noël, payer ses fermages à son propriétaire, qui l’accueillit bien comme de juste, qui le fit asseoir, compta son argent et le félicita d’être aussi exact à payer son terme.

Puis il ajouta :

— Mon ami, je suis trop occupé en ce moment pour te faire une quittance, tu viendras la chercher dans quelques jours.

— À votre volonté, notre maître, répondit le fermier, j’ai confiance en vous, et je viendrai la crir dimanche prochain en allant à la messe.

Grand Dieu ! faut-il avoir du guignon tout de même : le propriétaire de la métairie du père Malvat mourut, de mort subite, le lendemain du jour où il avait reçu ses fermages.

Le malheureux fermier eut presque une faiblesse en apprenant cette nouvelle. Il courut bien vite déclarer aux héritiers du défunt qu’il avait payé son terme le jour de Noël ; mais ceux-ci lui répondirent :

— Vous avez un reçu ?

— Nenni, mon maître était occupé, et n’eut pas le temps de l’écrire.

— C’est malheureux pour vous, répondirent-ils, mais comme nous ne sommes pas obligés de vous croire, si vous ne produisez pas une quittance de votre paiement, il faudra nous apporter de l’argent.

— Ciel ! de l’argent ! où le prendrais-t’y ? Je n’ai plus un sou chez moi.

— Cela ne nous regarde pas.

Voyant qu’il n’obtiendrait rien de pareilles gens, l’infortuné vieillard s’en alla en pleurant.

Tous les jours suivants il ne cessa de sangloter dans les champs en gardant ses vaches.

Le pauvre homme dépérissait à vue d’œil.

Une vesprée qu’il geignait à fendre l’âme, il vit s’avancer vers lui un personnage étrange qui lui demanda ce qu’il avait ainsi.

— Ce que j’ai, répondit Malvat, je suis la plus malheureuse des créatures du bon Dieu.

— Si vous me faisiez connaître le sujet de vos peines, je pourrais peut-être vous être utile.

— Ah ! je ne le crois guère, car voilà ce qui me chagrine.

Et il raconta à l’étranger l’accident qui allait être cause de sa ruine.

Celui-ci, après l’avoir écouté attentivement, et lui avoir fait répéter plusieurs fois le nom de son maître, lui dit :

— Mettez vos mains dans les miennes, et vos pieds sur mes deux sabots.

Le père Malvat obéit, et aussitôt il se vit enlevé de terre, et transporté, à travers les airs, dans un pays qui ne ressemblait en rien au bourg de Gosné.

Ils arrivèrent ainsi à la porte d’un palais dans lequel ils entrèrent.

Qu’on juge de la surprise du bonhomme lorsqu’en pénétrant dans un superbe appartement, il aperçut son maître qui était assis devant un bureau, en train de feuilleter des papiers.

— Ah ! notre maître, s’écria le père Malvat, que je suis aise de vous retrouver pour vous réclamer le reçu de mon argent, car vos héritiers veulent me faire payer deux fois.

— Rassure-toi, mon ami, j’ai prié mon ange gardien d’aller te chercher pour te remettre la pièce que voici, qui prouve que tu ne dois rien.

— Merci, notre maître, comme vous êtes bien logé, et que vous devez être heureux ici.

— Tu crois cela, Malvat, eh bien ! regarde ceci : il déboutonna son habit et montra, au paysan terrifié, la moitié de son corps qui était en flammes.

— Jésus ! Marie ! vous êtes donc dans le purgatoire ?

Il n’entendit pas la réponse à sa demande, car l’ange gardien lui fit signe qu’il était temps de retourner sur la terre et il lui tendit ses deux mains, en même temps qu’il lui montrait ses deux sabots.

Un peu plus tard, le père Malvat se retrouva seul dans sa prée, au milieu de ses vaches, avec sa quittance dans sa poche.

— Voilà cependant la pure vérité, disait-il, en racontant son voyage au purgatoire, et malgré tout il y avait encore des gens qui ne voulaient pas le croire.

(Conté par Marie Sauvé, femme de ménage à Liffré âgée de 48 ans.)

in Contes du Pays Gallo, Adolphe Orain, éd. Honoré Champion, 1904.

°°°

Ah oui, c'est demain :

mardi 7 mai 2013

Lectures buissonnières - un extrait de Contes & légendes d'Ille-et-Vilaine de Jean-Pierre Mathias

Extrait des 1ères lectures buissonnières du 25 mai 2013 à Saint-Aubin-du-Cormier.

Constellation d'étoile du matin

Avec Jean-Pierre, comme avec tout conteur, nous savons rarement comment ça commence et encore moins quelle sera la chute ! Tentons cette devinaille (la réponse pourrait être celle donnée page 26 de Contes & légendes d'Ille-et-Vilaine, qui sait ?)

« Devine, devinaille !

C’est une famille :
Chacun regarde la même chose,
Chacun voit autre chose,
Chacun s’indispose...
La mère désespère d’un drap qu’elle ne peut plier ;
Le père rêve des louis d’or qu’il ne peut compter ;
Et l’enfant est inconsolable d’une pomme inconsommable.
Qu’est-ce qu’ils regardent ?

... »

Jean-Pierre Mathias in Contes & légendes d'Ille-et-Vilaine.

(image : Constellation d'étoiles du matin, Joan Miró, 1940 ?)

lundi 22 avril 2013

À Vitré ces 27 et 28 avril 2013

Nous vous donnons rendez-vous à Vitré pour son salon, sous le grand chapiteau, place du Général-de-Gaulle, juste devant la gare. Il sera ouvert le samedi 27 avril de 11h à 19h et le dimanche de 10h à 18h sauf de 13h à 14h (heure sacrée du déjeuner).

Nous : Carmen, peut-être Padrig, certainement Jean-Pierre, une surprise sans doute et l'apprenti. L'ambiance y est sympathique et l'équipe qui l'organise autour d'Yves Lucas, pour qui sait l'apprécier, encore plus.

D'ici là, je vais quitter la mare de Khou Ghir pour m'épancher me pencher au bord de la petite mer.

À bientôt, donc !

°°°

(les présentations, ci-dessous, datent un peu, tant pis, elles figurent sur le site du salon)

Les penchants du roseau www.domec.net

Les penchants du roseau est une librairie artisanale sise à Saint-Aubin-du-Cormier. Elle présentera son catalogue fort d'une vingtaine de titres où la poésie est souvent mise à l'honneur.

Carmen Pennarun vous fera déguster sa Tisane de thym au jardin d'hiver, recueil de poèmes finement ciselés édité en janvier 2013. Vous aurez la surprise de découvrir les autres auteurs soit directement soit par leurs textes singuliers :

Mariana Iacoblev-Barbu avec Sel et menthe séchée, Padrig Moazon et son Mémoires du cargo qui vivent non loin de Vitré, et tous les autres dont Scènes étranges d'une enfance de garçon.

Jean-Pierre Mathias http://contes-et-merveilles.com/news.php

- Contes et légendes d’Ille-et-Vilaine. Un ouvrage né des rêves contés de l’« Extrême-Orient breton », comme J.P. Mathias s’amuse à qualifier le département d’Ille-et-Vilaine. Depuis plus de trente ans qu’il cultive les arts de l’oralité, le conteur se double volontiers d’un tempérament d’archiviste. La matière qui compose ce livre a fait l’objet de riches collectages de passionnés, à l’instar des frères Grimm pour l’Allemagne. Parmi les anciens : Adolphe Orain, Paul Sébillot, Elvire de Cerny, Amand Dagnet et François Duine. Chez les contemporains : Albert Poulain, Thérèse Dufour… Ce recueil constitue une véritable invitation au partage. N’hésitez pas à les reprendre à votre propre compte et à les raconter… afin que vive le verbe !

Quelques contes du Pays de Vitré : Jean Hébété se marie ; Les sept croix de délivrance ; Bandes de fées dans les rochers ; L'âne de Balazé ; L’Enterrement nocturne ; L'Homme emborné…

samedi 23 mars 2013

Lectures buissonnières - l'accueil se fera en balade

Quoi de mieux qu'une balade pour accueillir. Elle permet de deviser tranquillement et de découvrir.

Pour ces premières lectures buissonnières, l'accueil des auteurs invités se fera la veille. Le 24 mai. Nous leur proposerons une courte déambulation dans le centre de Saint-Aubin-du-Cormier. Mon petit doigt me dit que si fifres et tambours ne sont pas là pour rythmer nos pas, le son d'un accordéon et sa diatonie, si.

Nous partirons de la médiathèque à 18 heures pour nous rendre, en traversant vitement la place centrale - Alexandre Veillard du nom du père et de son fils déportés en Allemagne en 1943 pour ne jamais en revenir -, au jardin médiéval. Nous y ferons une halte et écouterons son intention par un des membres de l'association locale Ragoles et Béruchets.

Nous piquerons vers l'étang où il est fort possible qu'un texte parlant d'une vague gigantesque y soit lu.

Nous atteindrons les vestiges de l'ancien donjon du château de Mauclerc avec à ses pied son cormier. Un membre des amis du Pays de Saint-Aubin nous en contera les souvenirs. Une lecture surprise de la personne qui figure sur l'affiche, photographiée en ce lieu même, n'est pas à exclure.

En revenant vers le centre, nous nous pencherons vers la vallée du Couesnon qui "dans sa folie a mis le Mont en Normandie", on la devine au loin, du côté de Saint Jean.

Nous nous glisserons par la venelle qui longe l'église pour rejoindre la place Veillard. A droite, le bar d'à côté nous attendra pour étancher notre soif. Le ton de nos propos se fera soudain plus haut.

Et s'il pleut à flots, me direz-vous. Eh bien ! Nous aviserons.

(la source des images est visible en cliquant dessus)

°°°

Ce sera le 25 mai 2013, à Saint-Aubin-du-Cormier, à l'initiative de sa médiathèque.

Seront invités des écrivains, poètes, romanciers et conteurs.

Un premier accueil aura lieu la veille, à 18 heures, pour une déambulation dans les rues, les venelles et les chemins de Saint-Aubin-du-Cormier. Un réconfortant nous attendra à la fin de cette balade.

La matinée du samedi 25 mai sera propice à la rencontre, la lecture publique et le débat avec huit auteurs invités. Ils se déplaceront spécialement pour cette manifestation. Le thème retenu est « la part de soi, la part commune (1) ».

Les huit auteurs ayant accepté cette invitation sont :

L'après-midi nous ferons salon en médiathèque, pas de tables en rang d'oignons, mais une occupation fluide de l'espace avec une scène ouverte pour des lectures, des clameurs et de la musique.

nous y rejoindront.

(à suivre)

(1) les coïncidences existent parfois, mais rarement sans raisons.

jeudi 21 mars 2013

Lectures buissonnières - préparation ce vendredi 22 mars à la médiathèque de Saint-Aubin-du-Cormier

« Sinon o fas en barta, en bosc o en boisso »

°°°

Lu cet entrefilet dans l'édition de Fougères de Ouest-France :

« Réunion, débat, rencontre

Préparation des lectures buissonnières du mois de mai

Vendredi 22 mars, à 20h, Médiathèque, 8, rue du Général de Gaulle, Saint-Aubin-du-Cormier. Balladins, musiciens, comédiens, lecteurs et passionnés sont invités à participer à cette réunion pour préparer les premières lectures buissonnières du 25 mai 2013. Gratuit. Contact : http://www.mediatheque-staubinducormier.fr/. »

Ce billet est un bloc-notes - pense-bête - se rappeler quelques thèmes à aborder lors de la réunion de préparation des Lectures Buissonnières.

- D'où vient le nom ? Ces trois mots : premières, lectures et buissonnières,
- Les auteurs invités,
- La soirée d'accueil, la visite à pied de Saint-Aubin, son accompagnement : contes, lectures, clameur, musique. L'apéro, le buffet.
- Le gîte pour - actuellement - Yasmina, Marianne, William et Patrick.
- La rencontre en salle du matin à partir de 10 heures, les textes lus, la musique, la mise en scène, l'improvisation, la part de soi et la part commune.
- Le repas du midi.
- L'après-midi salon, comment le rendre vivant, la place pour chacun, la place commune, la scène ouverte.
- En parler.
- Les suites possibles... horizon 2014.
-... prendre des notes pour en faire le compte-rendu.

°°°

source de l'image : La France pittoresque, accompagné de cet extrait d'un poème du troubador Izarn - la traduction, je crois n'est pas nécessaire :

Tu no vols demostrar ta predicatio
En gleyza ne en plassa, ni vols dir ton sermo,
Sinon o fas en barta, en bosc o en boisso.

°°°

Ce sera le 25 mai 2013, à Saint-Aubin-du-Cormier, à l'initiative de sa médiathèque.

Seront invités des écrivains, poètes, romanciers et conteurs.

De la veille, le 24 mai, nous reparlerons.

La matinée du samedi 25 mai sera propice à la rencontre, la lecture publique et le débat avec huit auteurs invités. Ils se déplaceront spécialement pour cette manifestation. Le thème retenu est « la part de soi, la part commune (1) ».

Les huit auteurs ayant accepté cette invitation sont :

L'après-midi nous ferons salon en médiathèque, pas de tables en rang d'oignons, mais une occupation fluide de l'espace avec une scène ouverte pour des lectures, des clameurs et de la musique.

nous y rejoindront.

(à suivre)

(1) les coïncidences existent parfois, mais rarement sans raisons.

lundi 11 mars 2013

Lectures buissonnières - avec Guy Marcon et Stéphane Cerveau

L'après-midi du 25 mai, nous ferons salon en la médiathèque avec une scène ouverte. Guy Marcon, romancier, nouvelliste et passionné par le Japon, et Stéphane Cerveau, peintre, violoniste et poète, nous rejoindront pour présenter leurs œuvres.

photo Ouest-France : Guy Marcon en compagnie de son épouse Vetty et de Claudine Roux, présidente de l'association Rennes - Sendaï, présente Les cendres de la liberté un de ses nombreux ouvrages.

photo Ouest-France : Stéphane Cerveau et son quatrième recueil de poésie, Bleu profil.

°°°

Ce sera le 25 mai 2013, à Saint-Aubin-du-Cormier, à l'initiative de sa médiathèque.

Seront invités des écrivains, poètes, romanciers et conteurs.

De la veille, le 24 mai, nous reparlerons.

La matinée du samedi 25 mai sera propice à la rencontre, la lecture publique et le débat avec huit auteurs invités. Ils se déplaceront spécialement pour cette manifestation. Le thème retenu est « la part de soi, la part commune (1) ».

Les huit auteurs ayant accepté cette invitation sont :

L'après-midi nous ferons salon en médiathèque, pas de tables en rang d'oignons, mais une occupation fluide de l'espace avec une scène ouverte pour des lectures, des clameurs et de la musique.

nous y rejoindront.

(à suivre)

(1) les coïncidences existent parfois, mais rarement sans raisons.

samedi 9 mars 2013

Carmen, Padrig... : à tantôt !

Mais aussi Nicole, Imre, Mariana, Jean-Pierre et tous les autres... à la librairie l'Encre de Bretagne de Bruno Duval : 28 rue Saint-Mélaine (près de la place Hoche) à Rennes.

Vous ne pouvez venir ? N'hésitez pas à leur laisser un petit mot, il le liront, merci.

°°°

Je ne voulais pas mettre d'image, ne sachant laquelle choisir, mais l'apparition sur le web de l'article de Philippe Simon, m'offre celle-ci et elle me plaît bien :

°°°

PS : les petits curieux, pourront aussi entrevoir celui-ci.

- page 1 de 3