Journal des penchants du roseau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Nicole Laurent-Catrice

Fil des billets

mardi 24 mai 2016

Dimanche 5 juin, « La Part commune » à Saint-Aubin-du-Cormier

33e rencontre autour du livre, à fleur de zinc

« La Part commune » au Bar d'à côté

avec Mireille Lacour, éditrice ; Nicole Laurent-Catrice, poète ; Mariano Otero, peintre.

Dimanche 5 juin de 10h à __12h30_

Le Bar d'à Côté – 33 rue porte carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier – vous propose une rencontre avec les éditions La Part Commune avec Mireille Lacour, éditrice.

Nicole Laurent-Catrice, poète & romancière, présentera en particulier son dernier livre : Un front de feuilles.

Mariano Otero, peintre, nous fera découvrir Écrits sur Dalí et Picasso, dont les illustrations accompagnent les textes de Antonio Otero Seco.

Amoureux et curieux des livres, venez nombreux !

► renseignements auprès de Christian Domec - christian.domec@wanadoo.fr

L'affichette

Le livre au bar d'à côté, 5 juin 2016

errata : « sur » est écrit « su » pour le titre du livre Écrits sur Dalí et Picasso sur l'affichette, désolé.

°°°

Rencontres autour du livre, à fleur de zinc

Troisième saison 2015/2016

Comme pour les saisons précédentes (2013/2015), ces rencontres ont lieu chaque premier dimanche matin du mois de 10 h à 12 h 30 avec comme invité une ou plusieurs personnes ayant un lien fort avec le livre (auteur, poète, conteur, éditeur, librairie, illustrateur, relieur, photographe, etc.) dans le cadre chaleureux et détendu du bar associatif. Une manière plaisante de lever le voile sur les sources de l'écriture, les coulisses de l'édition et d'en débattre tranquillement.

Lors de ces rencontres nous sommes aussi attentifs aux animations proposées par la médiathèque de Saint-Aubin-du-Cormier : en faire l'écho est un minimum ; créer des passerelles, un souhait.

À dimanche matin donc !

mercredi 3 décembre 2014

À la Chaire des poètes : Nicole Laurent-Catrice - le 5 & 6 décembre

Les 5 & 6 décembre à 20 h 30, Nicole Laurent-Catrice montera en Chaire des poètes pour une lecture de quelques poèmes extraits de son œuvre parue chez de nombreux éditeurs tels La part commune : Cairn pour ma mère, ou Ere : La sans-visage.

La lecture sera suivie du spectacle L'allée des clowns par les Kiprokos.

La Station-Théâtre
1 route de Rennes
Beauséjour
35520 La Mézière
02 99 69 28 09

(image : Isabelle Dubrul et Nicole Laurent-Catrice)

vendredi 7 février 2014

Visage de Nicole Laurent-Catrice

a

Lors des Talents Montgermontais, le dimanche 9 février de 10 heures à 17 heures, Nicole Laurent-Catrice aura le plaisir de vous montrer des poèmes-objets, des livres-objets, des livres calligraphiés, des tableaux-poèmes, des livres réalisés avec des artistes dont son dernier livre : Visage.

Espace Evasion, rue des Courtines, 35760 Montgermont.

dimanche 3 novembre 2013

Merci Nicole, ce fut poignant

Oh que nous aimons les surprises !

Cette seconde rencontre autour du livre au Bar d'à côté nous en a offert quelques-unes lorsque Nicole Laurent-Catrice nous a invité à un voyage poétique ayant pour escales ses poèmes publiés et ceux qu'elle fit connaître en France, en les traduisant. La première fut de venir à notre rencontre accompagnée de Mariana Iacoblev-Barbu qui exprima ses sentiments sur la traduction d’œuvres de Nichita Stănescu. La seconde fut les respirations que proposa Iwan à l'aide de percussions indiennes (tablas,...) et africaines (udu) aux gestes et voix de Nicole, tour à tour dramatiques, poignants, émouvants et... soudainement drôles lorsque Maureen Martella fut convoquée ou un abécédaire parcouru.

Moments intenses d'un dimanche matin que je ne peux qu'évoquer brièvement.

Merci à Jennyfer et Bénédicte de l'association du Bar d'à côté qui permettent par leur accueil complice de si intenses moments.

Un regret, peut-être, être si peu nombreux à les vivre. Mais, après tout, l'écoute n'en était peut-être que meilleure.

(image : Udus de la collection d'Emil Richards)

°°°

Escales de ce voyage (incomplètes et dont l'ordre est incertain, je n'ai pas eu cœur à prendre des notes) :

  • Mémoire aux alouettes, Espejuelos de la memoria, éd. les penchants du roseau, 2013
  • Poèmes, Nichita Stănescu, éd. La Librairie Bleue, 1999
  • Vingt Poètes lituaniens d'aujourd'hui, éd. Petit Véhicule, 1997
  • Segunda antologia poetica, seconde anthologie poétique 2001 - 2011, éd. associatives Clapàs, 2011
  • Maureen Martella in Les Irlandaises, éd. des Forges et éd. Autre temps, 1999
  • Cairn pour ma mère, éd. La Part Commune, 2008
  • Le destin d'Ernestina de la Cueva, éd. La Part Commune, mai 2011
  • Les gants de velours, éd. Le Petit Pavé, 2010
  • Abécédaire de Claire, éd. La Branche rouge, 2008
  • Les Mots donnent faim, éd. Couleur livres
  • ...

°°°

Le mois précédent, le 6 octobre, l'invitée était Pascale Goze des éditions Lunatique. Elle m'a fait parvenir cette photo prise au dernier salon du livre d'Angers. Chapeau et merci.

éditions Lunatique à Angers

samedi 2 novembre 2013

Dimanche 3 novembre, rendez-vous avec la poète et romancière Nicole Laurent-Catrice

(copie du mail envoyé aux adhérents de l'association du Bardac)

Bonjour à tous,

Ce dimanche 3 novembre, entre 10 h et 12 h30, Nicole Laurent-Catrice, poète, romancière et traductrice nous honorera de sa présence pour cette deuxième rencontre autour du livre au Bar d'à côté.

Souvenez-vous, nous avions inauguré ces matinées, dimanche 6 octobre, avec la présence enjouée et intense de Pascale Goze des éditions Lunatique, elle s'écria le soir même : « Saint-Aubin, c'était bien ! » (cf. http://editionslunatique.blogspot.fr/2013/10/saint-aubin-cetait-bien.html), depuis, dans les rues de Saint-Aubin ou au comptoir du café, nous parlons de l'écriture de Marlène Tissot, de Violaine Bérot ou de Denis Tellier – pour ne citer qu'eux -, auteurs dont les livres circulent de mains en mains et que vous pourrez découvrir bientôt à la médiathèque de Saint-Aubin-du-Cormier). Nous poursuivons donc ce mois-ci avec un écrivain vivant dans le pays Rennais : Nicole Laurent-Catrice qui lorsqu'elle n'écrit pas de poèmes fait vibrer ses romans et traductions de poésie. Parmi ses derniers livres publiés vous trouverez le très intense Destin d'Ernestina de la Cueva, éd. La Part commune, 2011, d'où est tiré l'extrait figurant sur l'affichette ci-dessous. Une bibliographie plus complète de l'auteur est consultable à cette adresse : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicole_laurent-catrice

Bénédicte et Jennyfer seront nos complices pour ouvrir et animer le bar, comme chaque premier dimanche matin du mois.

Une belle rencontre en perspective ! Venez seuls, accompagnés et nombreux !

°°°

L'affichette (en cliquant sur l'image, vous pouvez la télécharger) :

Le livre au bar d'à côté, 3 novembre 2013

°°°

Poète, romancière et traductrice

Nicole Laurent-Catrice au Bar d'à côté

« Prise, comme on dit d'une fille qu'elle a été prise. De plein gré ou à son corps défendant. Un beau jour la voilà prise, pour de bon, et les commères de jaser.

Savez-vous qu'il existe une confrérie de Nuestra Señora la Preñada (j'ai vu sa statue à Saint-Jacques de Compostelle) : Notre Dame la Prise, la Pleine, la Grosse, la Gravide, l'Enceinte. Oui, même Elle s'est trouvée prise. Et la longue litanie des femmes stériles viennent s'en remettre à Elle. Celles qui aimaient avoir la taille bien prise, qu'on avait prises par la taille pour un tour de danse, elles pleurent pour que leur taille s'épaississe.

Folle perdue. Prise. Pour accoucher de qui ? »

in Le Destin d’Ernestina de la Cueva, Nicole Laurent-Catrice, éd. La part commune, 2011.

Dimanche 3 novembre de 10h à 12h30

Le Bar d'à Côté - 33 rue porte carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec Nicole Laurent-Catrice, sa poésie, ses romans, ses traductions...

Amoureux et curieux des livres, venez nombreux

► renseignements auprès de Christian Domec - christian.domec@wanadoo.fr

samedi 9 mars 2013

Carmen, Padrig... : à tantôt !

Mais aussi Nicole, Imre, Mariana, Jean-Pierre et tous les autres... à la librairie l'Encre de Bretagne de Bruno Duval : 28 rue Saint-Mélaine (près de la place Hoche) à Rennes.

Vous ne pouvez venir ? N'hésitez pas à leur laisser un petit mot, il le liront, merci.

°°°

Je ne voulais pas mettre d'image, ne sachant laquelle choisir, mais l'apparition sur le web de l'article de Philippe Simon, m'offre celle-ci et elle me plaît bien :

°°°

PS : les petits curieux, pourront aussi entrevoir celui-ci.

vendredi 8 mars 2013

Rendez-vous le 9 mars donc !

(ajout du 8 mars : le neuf c'est demain)

C'est avec plaisir et émotion que je vous convie lors de ce jour du 9 mars 2013 à accueillir la publication de deux recueils de poèmes - fort différents - Une gorgée de cailloux de Padrig Moazon et Mémoire aux alouettes de Nicole Laurent-Catrice.

Ce jour sera précédé à la Librairie L'encre de Bretagne - Rennes - d'une soirée contes avec notre ami Jean-Pierre Mathias.

Son point d'orgue en cette même librairie, le 9 mars à partir de 16h30, sera cette rencontre, lectures, dédicaces (1) avec Padrig Moazon & Carmen Pennarun et sa Tisane de thym au jardin d'hiver.

N'hésitez pas à corner vos carnets et agendas à la date du 9 mars ; de venir à notre rencontre (2). À bientôt ! Merci.

°°°

De Une gorgée de cailloux :

Une gorgée de cailloux, Padrig Moazon, première de couverture

« À travers les ruelles du village,
l’argument de la pluie apaise les dérobades,
lave les visages intermédiaires.

En voulant donner un sens au quotidien,
L’usage des mots émousse les outils dérangés dans l’atelier des habitudes.
Le protocole est respecté, question de principe.
L’alphabet n’est pas l’écriture, même pas un murmure. »

Padrig Moazon.

°°°

De Mémoire aux alouettes :

Mémoire aux alouettes, Nicole Laurent-Catrice, première de couverture

« Au plus touffu de la forêt
dans le grand fourré
interdit aux enfants
il se passe des choses
des choses
dont on n’a pas idée

les mâles perdent
leurs grands bois
et les biches
oh ! les biches… »

Nicole Laurent-Catrice.

°°°

De Tisane de thym au jardin d'hiver :

Tisane de thym au jardin d'hiver I

« le brin d’herbe à l’aube s’étire
et devant la pâquerette s’émerveille
tout ce qui vit s’abandonne en simple
dans l’indicible érection de la joie »

Carmen Pennarun.

°°°

Mais au fait, pourquoi éditer de la poésie ? Un réponse, brève, de Mérédith Le Dez :


Mérédith Le Dez : pourquoi éditer de la poésie ? par enviedecrire

°°°

(1) mince, le "e" de gorgée s'est cassé !
(2) je ne garderai pas les mains dans les poches, elles seront gorgées de petits et grands penchants, ceux qu'il est plaisant de découvrir & déguster.

mercredi 6 mars 2013

Mémoire aux alouettes - Espejuelos de la memoria de Nicole Laurent-Catrice est publié

(ce billet fait comme si nous étions le 9 mars 2013... mais lorsque vous le lirez il sera sans doute passé)

Un livre est souvent une rencontre, celle d'un lecteur avec un texte. Un livre naît aussi d'une rencontre. Laquelle ? nous ne le savons pas toujours. Je ne le sais donc pas plus pour celui-ci qu'un autre. Je me souviens pourtant de ce salon à Liffré, des personnes que j'eus le plaisir de côtoyer : Mariana et son fameux Greta Garbo, Fernande et Nicole. Nicole que je ne connaissais pas. Nous avons, je crois, sympathisé : une part commune. Je suis parti avec son très bon roman sous le bras, son Destin d’Ernestina de la Cueva, je vous en ai parlé brièvement depuis. Et... plus tard... j'ai reçu Mémoire aux alouettes déjà paru en livre d'artiste. Séduit.

Une gageure aussi, l'éditer dans sa version espagnole...
Je ne pratique pas cette langue pour pouvoir en apprécier un texte, encore moins une poésie. Je l'ai donc fait goûter à quatre personnes, des hispanisants de mes connaissances. Qu'elles l'apprécient et m'en disent mots. Une seule y fut étrangère, elle me dit ne pas apprécier Pablo Neruda. Je fus conquis.
Et la tête-bêche aussi.

Merci, Nicole pour votre confiance et votre subtil Mémoire aux alouettes - Espejuelos de la memoria.

Mémoire aux alouettes, Nicole Laurent-Catrice, première de couverture

Mémoire aux alouettes, Nicole Laurent-Catrice, quatrième de couverture, fév. 2013

Comment le commander ?

  • envoyer un message (1) à l'adresse roseau.penchant@orange.fr annonçant votre commande, vous recevrez une réponse précisant la date estimée de l'envoi, les moyens de paiement (chèque (2), virement (3), paypal (4)),
  • si vous en convenez, vous envoyez votre paiement de 8 € (frais d'envoi inclus pour la France), après réception, votre commande vous sera expédiée à la date convenue.

(1) Attention ! Vous recevrez la réponse d'une personne et non d'un robot, n'en soyez pas surpris.

(2) chèque à l'ordre de Christian Domec,
adressé à :

Christian Domec
9 rue du Bourg au Loup
35140 Saint-Aubin-du-Cormier

(3) les références vous seront communiquées par retour de mail
(4) compte : christian.domec@wanadoo.fr

mardi 5 mars 2013

Ay las corzas...

En lo más tupido del bosque
en los matorrales
prohibidos a los niños
ocurren cosas
cosas
que no se pueden imaginar

Los machos pierden
su cuerna
y las corzas
ay las corzas…

in Espejuelos de la memoria, Nicole Laurent-Catrice.

(image : La Biche de Blaka, source : Johan Nils)

jeudi 28 février 2013

À Isabelle Dubrul - A Isabelle Dubrul

Elles sont blanches souvent, les premières pages d'un livre, mais pas toujours. Comment appelle-t-on ça ? Les quelques caractères qui précèdent le corps de l'écrit. Dédicace ou liminaire. Attention certes, intention sans doute - et clin d’œil parfois. Ceux de l'auteur à celui ou celle dont l'ombre dépasse l'épaule du lecteur. Il est complice. Ou tente de l'être. Il éclaire l'ombre, elle se dissipe. Comme une coquetterie.

Sur les penchants, je les ai vues passer. M'y attarder un peu. Changeantes ou fermes. Les rassembler, je n'y ai jamais pensé. Tiens, pourquoi ne pas essayer. Si vous le voulez bien. Sans les commenter.

Les absentes ornent Les Conards de Rouen, Bleu Terre, La Chèvre jaune, Description, Infinis paysages, Retours difficiles, Dangereuse expédition, Lisières.

___

Le Souvenir de personne vrille :

…sur le visage démoli, l’œil vivant, le gauche,
brille comme une lanterne sur les ruines.

Paroles, Jacques Prévert.

___

Bankster dédie :

Pour Naël Moreau
Ce petit hêtre qui vient de naître.

R. B.

___

Peaux de papier ose :

Si je me tue, tu m’en voudras toute ma vie ?

___

L'Homme qui plantait des arbres se souvient :

À Thierry Coudray

« Hier, on m'a parlé d'un homme, il habite là, non
loin, un homme de près de 90 ans, il plante encore
des arbres et apprend à de plus jeunes la vannerie à
partir de l'osier qu'il cultive.
Il est fou ?
C'est un homme. »

in Réponse du tricheur avec les mains plongées dans la glaise gallèse.

___

Mémoires du cargo cite :

« Parfois tu crois
Oublier la mer,
Mais l’océan
Se vit partout. »

Guillevic

___

Instants tannés rappelle :

À l’enfant qui me portait autour de lui
et a finalement fait de moi
la maman d’une promesse
trop fragile pour ici

___

Scène étrange d'une enfance de garçon, l'Objet onirique et Un mal nécessaire troublent :

Éveille-nous mon frère et moi d’entre les morts,
fais que cela soit, écris notre histoire à jamais perdue
et toi aussi tu vivras.

Incantations : récitation de formules pour
produire un sortilège,
susciter un sort ou infléchir un destin.

___

Sel et menthe séchée souligne :

Les mots ne se perdent pas sur cette terre,
encore moins les mots de la mémoire.

Edgar Hilsenrath

___

Une gorgée de cailloux précise :

« Poteaux, pancartes, transfos :
il n’y a pas de paysage apolitique »

Chann Lagatu

___

Celle mise en exergue de ce billet est double, deux dédicaces semblables. La gravité de l'accent disparaît en franchissant les Pyrénées, et pourtant... Cette dédicace est présente en la tête de Mémoire aux alouettes et au pied de Espejuelos de la memoria. Isabelle Dubrul, je ne la connais pas. Je sais juste les quelques mots de Nicole Laurent-Catrice à son sujet. Mémoire aux alouettes n'est pas inédit, pas tout à fait. Écrit vers la fin des années 1990, il fit l'objet d'un livre d'artiste. De quelques exemplaires, faits main. Lavis d'encre d'artiste sous calligraphie de l'auteur. Et lorsqu'un relieur s'en mêle... appréciez la photo en haut de ce billet : œuvre d'Annie Robine.

Quant à Isabelle Dubrul, je vous laisse apprécier ce que des reproductions peuvent laisser entrevoir.

À Isabelle Dubrul, donc, et à Nicole aussi.

- page 1 de 2