Journal des penchants du roseau

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - critique

Fil des billets

mardi 24 août 2010

Les penchants du roseau ont besoin de votre avis

[courrier envoyé par mail, hier, à des lecteurs d'un des livres des penchants du roseau]

Bonjour,

Je vous envoie ce mail parce que j’ai besoin de vous. Les penchants du roseau vont fêter leur première année d’existence, je compte donc d’ici quelques semaines tenter d’en dresser un bilan vivant. Hors, pour un apprenti libraire, ce qui compte avant tout est de connaître l’avis des lecteurs des ouvrages qu’il façonne et publie. Avis sur les choix qu’il fait : choix ingrat, car il consiste à refuser beaucoup et proposer peu. Avis donc sur les textes que vous auriez pu lire. Avis aussi sur son enveloppe (j’essaie de l’améliorer sans cesse, mais ai encore beaucoup de dextérité à acquérir). Avis aussi sur le déroulement d’une commande et de sa livraison. Bref, vous l’aurez compris, j’exige beaucoup de vous afin de pouvoir décider où me mèneront mes prochains pas. J’aimerais, si vous voulez bien me répondre, que vous soyez sans concessions : que vous vous exprimiez librement et pleinement. Il ne s’agit pas ici de m’encourager ou de me faire plaisir, mais de me permettre de voir mieux. C’est le regard des autres, le vôtre, qui importe, le mien est trop près de l’ouvrage.

Pourriez-vous me préciser, aussi, à quel(s) livre(s) vous faites référence : Les Conards de Rouen, Bleu Terre ou La Chèvre jaune et me dire si votre réaction peut être publiée sur le Journal des penchants du roseau.

De plus, j’aimerais récolter les articles qui ont pu chroniquer tel ou tel ouvrage, sur le net ou sur le papier, si vous avez des références à m’indiquer, n’hésitez pas – même si la récolte est maigre, il m’est impossible de veiller à tout ça.

Enfin – si tant est qu’elle existe – veuillez m’excuser d’envoyer un mail « collectif », ce n’est pas dans mes habitudes, mais ça me simplifie bien les choses. J’ai actuellement beaucoup de courrier en retard et, c’est promis, je répondrai à ceux d’entre vous qui ont eu à subir l’indélicatesse de ma part de ne pas leur répondre et ce depuis quelques semaines.

Bien à vous,

Christian Domec

PS : Ah oui ! Je ne connais bien évidemment qu’une petite partie des lecteurs. Vous pouvez sans hésiter transmettre ce message aux personnes que je n’aurais contactées, celles qui auraient lu un de ces livres (il peut y avoir « doublon » ; par discrétion je ne puis me permettre de vous communiquer la liste des personnes à qui j’envoie ce mail).

mercredi 31 mars 2010

Cécile, merci

Si en premier fut le verbe, n’était-il douter ?

Cette inextinguible soif d’exprimer ce qu’il y a d’enfoui en nous par un silence, une mémoire, la manière particulière de nouer un fichu, une mélopée, la trace d’un charbon prolongeant notre main sur une roche… et plus tardivement – plus récemment donc ; voie ultime ? – l’écriture est certainement ce qui nous est propre, ce qui nous est commun. Cette expression a un compagnon fidèle : le doute.

Le doute ne tétanise pas, il n’empêche la décision, il la tremblote, la bafouille, la lapsus (il travestit un nom en verbe comme une voix sensible chevrote).

Le doute accompagne celui qui écrit, celui qui choisit, celui qui passe.

Alors lire la critique de Cécile Delalandre, celle de Bleu Terre, fait un bien fou. Certes j’avais déjà lu des mots encourageants de Véra, Bernard, Corinne, Valérie… Mais là !

Oui, Cécile, merci pour Jean-François, merci pour nos penchants, merci de substituer à un doute le prochain.

Christian Domec, apprenti libraire.

dimanche 24 janvier 2010

Contrat d’édition – épure

(toute critique, commentaire, etc. sont les bienvenus)

Les soussignés, XXXX, ci-dessous dénommé l’auteur d’une part, et Christian Domec, ci-dessous dénommé l’éditeur d’autre part, ayant tout deux bonne connaissance des capacités limitées de fabrication et de diffusion de l’éditeur et souhaitant œuvrer de manière collaborative conviennent de ce qui suit :

L’auteur cède à l’éditeur le droit d’imprimer, de reproduire, de publier et vendre dans une édition courante l’ouvrage de sa composition qui a pour titre :
XXXXXXXXXXXXX et ce dans les limites définies à l’article I.

L’auteur garantit l’éditeur contre tous troubles, revendications et évictions quelconques.
De son côté, l’éditeur s’engage à assurer à ses frais la publication en librairie de cet ouvrage, et à lui procurer par une diffusion dans le public et auprès des tiers susceptibles d’être intéressés, les conditions favorables à son exploitation sous toutes les formes contractuellement prévues ci-dessous.

I – ÉTENDUE DE LA CESSION

La cession des droits que l’auteur fait à l’éditeur est non exclusive et limitée dans le temps. L’auteur est libre de disposer de son œuvre comme il l’entend sans en avertir l’éditeur.
La présente cession qui engage tant l’auteur que ses ayants droit est consentie pour une durée de trois années. Elle prend effet en tous lieux.

Droits cédés :

— droit de reproduire tout ou partie de l’œuvre sur tout support graphique ou numérique, et notamment par voie de presse, micro reproduction ou de reprographie.
— droit de traduire en toutes langues tout ou partie de l’œuvre et ses adaptations et de reproduire ces traductions sur tout support graphique.
— droit de communication de tout ou partie de l’œuvre sous forme de lecture, par voie de la récitation publique dans les salles de spectacle, par transmission radiophonique, télévisuelle ou de reproduction textuelle via Internet.
— droit de prêt.

Ces droits cédés visent uniquement à favoriser, auprès des lecteurs, la connaissance de l’existence de l'œuvre et de son contenu, ils ne peuvent – en tant que tels – faire l’objet d’une vente. Certaines reproduction de l'œuvre pourront précéder la date de publication effective.

II – REMISE DU TEXTE ET CORRECTIONS

A – Remise du texte :
L’auteur s’engage à remettre à l’éditeur à la date du XXX un exemplaire du texte définitif et complet de son ouvrage, accompagné s’il y a lieu des documents d’illustration. Ce texte devra être remis à l’éditeur, sous forme de fichier informatique dans un format qui conviendra aux deux contractants, soigneusement revu et mis au point pour l’impression, de façon à réduire au minimum les frais de correction.
L’auteur déclare conserver un double de son texte.
Le manuscrit de l’œuvre demeure la propriété de l’auteur.

B – Corrections :
L’éditeur s’engage à envoyer les épreuves de l’ouvrage à l’auteur qui devra, de son côté, les lire, les corriger et les retourner dans un délai maximum de XXX.
Au cas où l’auteur n’aurait pas fait parvenir à l’éditeur son « bon à tirer » dans le délai ci-dessus fixé, après réception par lui de la dernière épreuve, l’éditeur pourra procéder au tirage.

III – PRÉSENTATION, TIRAGE, MISE EN VENTE ET PRIX DE L’OUVRAGE

A – Présentation
L’éditeur se réserve expressément de déterminer pour toutes éditions :
— le format des volumes,
— leur présentation, qui ne portera pas atteinte au droit moral de l’auteur.
L’éditeur s’engage à n’apporter à l’œuvre aucune modification sans l’autorisation écrite de l’auteur ; il s’engage en outre à faire figurer sur chaque exemplaire le nom de l’auteur ou le pseudonyme qu’il lui indiquera.

B – Tirage
Le chiffre des tirages sera fixé par l’éditeur.
L’éditeur informera l’auteur au moins deux fois par an du nombre d’exemplaires tirés.

C – Mise en vente
Les dates de mise en vente seront choisies par l’éditeur en tenant compte de l’intérêt commun des parties ; l’éditeur devra en informer l’auteur.

D – Prix de vente
Le prix de vente des volumes sera déterminé par l’éditeur et pourra être modifié en fonction de la conjoncture économique ; l’éditeur devra alors informer l’auteur de tout changement de prix.

IV – DROITS D’ AUTEUR

A – À-valoir
L’auteur percevra un à-valoir qui lui restera définitivement acquis. Cet à-valoir d’un montant de XXX € nets hors TVA et hors cotisations sociales sera versé à l’auteur à la signature du contrat.

B – Taux
Pour prix de l’autorisation de publier l’ouvrage dans l’édition courante décrite ci-dessus, l’éditeur versera à l’auteur un droit correspondant à XX % —  net de cotisations sociales — du prix public de vente hors taxe.

C – Exemplaires sans droits
Il s’agit :
— des exemplaires destinés au dépôt légal (nombre : X) ;
— des exemplaires destinés à l’envoi des justificatifs d’impression, réimpression et réédition (conformément à l’article III) ;
— des exemplaires destinés au service de presse, à la promotion et à la publicité (nombre maximum : X) ;
— des exemplaires conservés par l’éditeur (nombre maximum : X) ;
— des exemplaires destinés à l’auteur pour son usage personnel (nombre maximum : X).
Les exemplaires qu’il désirerait en plus de ceux-ci lui seront facturés au prix de cession de base.

V – EXPLOITATION DE L’OUVRAGE

A – L’éditeur s’engage à publier l’œuvre dans un délai de deux mois à compter de la remise du texte définitif et complet, sauf retard imputable à l’auteur. Passé ce délai, le présent contrat serait résilié de plein droit si l’éditeur ne procédait pas à la publication de l’œuvre dans un délai de deux mois dès la mise en demeure par lettre recommandée qui lui serait faite par l’auteur.

B – L’éditeur s’engage à assurer à l’œuvre une exploitation et une diffusion commerciale, permanente et suivie.

C – Dans le cas où toutes les éditions de l’œuvre auxquelles aura procédé l’éditeur viendraient à être épuisées, le présent contrat serait résilié de plein droit, sauf convention particulière, si l’éditeur ne procédait pas à une réimpression dans un délai de deux mois à compter de la mise en demeure par lettre recommandée qui lui serait faite par l’auteur.

D – En tout cas accidentel ou de force majeure, ayant pour conséquence la détérioration, la destruction ou la disparition de tout ou partie des exemplaires en stock, l’éditeur ne pourra être tenu pour responsable des exemplaires détériorés, détruits ou disparus et il ne sera dû par lui à l’auteur aucun droit ni indemnité relatifs à ces exemplaires.
L’éditeur devra informer l’auteur de cette diminution du stock et de son importance.

VI – REDDITION DES COMPTES ET INFORMATION DE L’AUTEUR

Les comptes de l’ensemble des droits dus à l’auteur seront arrêtés une fois par an au mois de janvier. Ils seront transmis à l’auteur dans les mois suivant la date d’arrêté des comptes et réglés le même jour.

VII – DIFFÉREND

Tout différend pouvant naître à l’occasion du présent contrat sera soumis à conciliation préalablement à tous recours devant les tribunaux.

Fait à XX, le XXX en X exemplaires

L’auteur -- L’éditeur

précédent - suivant